Après le match 3 remporté de manière assez convaincante par les Nuggets, nous nous attendions inévitablement à une réaction des Lakers au quatrième tour. Et le gang LeBron James a fait ce qu’il fallait pour faire le saut dans cette série. 3-1 pour Los Angeles, les finales NBA sont proches, même si on parle des Nuggets.

Jamal Murray et ses amis n’étaient pas loin de remettre les compteurs à zéro dans cette série. Pendant la majeure partie du match, ils étaient dans le rétroviseur des Lakers, prêts à les dépasser mais n’ont finalement pas réussi à prendre le dessus pour dessiner à 2-2. Cependant, il y avait de la place. Car si Los Angeles prenait la tête de la course, une belle version des Nuggets suffisait à prendre le contrôle du match. Sauf qu’à chaque fois les Angelinos avaient une réponse pour garder la main, à la fois offensive et défensive. A chaque fois, les Nuggets ont pris un petit trou au mauvais moment. En guise de symbole, les Lakers ont réussi à limiter Murray dans le temps, lui qui a de nouveau sorti une belle performance individuelle (32 points, 8 caviars tirés 12/20 mais pas de tir gagnant) avec des paniers de Pluton. Nous avons vu LeBron James affronter l’affaire Jamal dans les dernières minutes, tandis que Nikola Jokic (seulement 16 points, 7 rebonds et 4 passes) n’a pas marqué un seul point au dernier quart. Pour une équipe de Denver qui compte généralement sur ses deux étoiles dans l’embrayage, ce n’était pas du tout la même histoire. En parlant de duo, LeBron et Anthony Davis portaient souvent les Lakers, les premiers à quitter une performance tout autour en mode… LeBron (26 points, 9 rebonds, 8 passes décisives, 0 turn-over), tandis que ce dernier a pris les choses en main avec 34 points. Dès les premières minutes du match, AD a donné le ton, lui qui a débuté le match en marquant 12 des 14 points de son équipe à 6/6 au tir. De toute évidence, le seul sourcil était agacé après sa performance dans le match 3. Nous avions encore peur quand sa cheville a tourné au quatrième quart, mais il a réussi à terminer le match.

READ  Roland-Garros: quand le tennis est déprimé

Derrière ces deux, les Lakers pouvaient à nouveau compter sur un casting de soutien qui a fait le travail. D’abord, Dwight Howard. Poussé dans les cinq par Frank Vogel au lieu de JaVale McGee, D39 a fait un nouveau projet (12 points, 11 rebonds en 23 minutes) en début de match, dominant dans la peinture comme dans le match 1. En général, les Nuggets ont été dévorés du rebond, ceux qui ont notamment concédé 12 rebonds offensifs et 25 points à la deuxième chance (+21 dans cette catégorie). Nous avons vu Nikola Jokic et Paul Millsap sale problème, les Lakers réalisant 35 lancers francs (23 pour Denver) dont 28 pour le duo LBJ – AD. Il y a un moyen pour Mike Malone d’envoyer une demande à la NBA, comme le pouvaient les Lakers avant ce match 4 pour discuter d’arbitrage sur LeBron. On ne sait jamais, ça peut marcher. Cela dit, outre Dwight, Los Angeles a également reçu une belle contribution de Rajon Rondo (11 points, 5 rebonds, 7 passes) du banc, toujours tout aussi précieux, tandis que Kentavious Caldwell-Pope (13 points) a poursuivi sa bonne séquence. , également avec l’aide de Kyle Kuzma (10 points). C’en était trop pour une équipe de Denver qui a vu Jerami Grant (17 points), Michael Porter Jr. (13 points) et Monte Morris (12 points) intensifier.

Si les Nuggets aiment le déficit 3-1, Nikola Jokic et ses coéquipiers peuvent regretter cette défaite lors du match 4. Face à des Lakers sérieux mais pas imprenables, Denver avait les moyens d’égaliser dans la série. Il faudra maintenant un nouveau miracle pour continuer, espérons-le, l’aventure. Face à LeBron James et Anthony Davis, une rentrée s’annonce tendue.

READ  Éditorial OM-Metz: Évitez à tout prix le syndrome du vélodrome! - saison