Actions Air France-KLM : en négociation exclusive avec le gouvernement italien

Sjo

Suite à notre récente publication sur l’implication de Deutsche Lufthansa (OTCQX : DLAKF) (OTCQX : DLAKY) avec l’accord de non-participation d’ITA Airways, nous fournissons aujourd’hui une mise à jour sur Air France-KLM (AFRAF ; AFLYY).

Comme déjà mentionné, le gouvernement italien avait choisi Air France-KLM en partenariat avec Certares Fund et Delta sur le consortium Deutsche Lufthansa-MSC.

Négociation exclusive avec Air France-KLM (Ministère italien de l'Economie et des Finances)

Négociation exclusive avec Air France-KLM (Ministère italien de l’Economie et des Finances)

C’est une vieille histoire qui remonte à 2008, quand à l’époque il y avait un centre-gauche au sein du gouvernement italien et que la vente était en cours de finalisation. Précisément le 15 mars 2008, Alitalia a accepté la proposition du groupe franco-néerlandais : une offre d’échange d’actions contre 100 % du capital pour un montant total de 1 milliard d’euros (y compris la dette obligataire) et aucun plan de restructuration majeure (seulement 2 100 licenciements). A l’époque c’était les élections, et M. Silvio Berlusconi lançait le slogan « Alitalia aux ItaliensC’était le mot d’ordre de la campagne électorale et les Français se sont retirés. Air France-KLM a eu beaucoup de chance à ce moment-là vu les chiffres, Alitalia a toujours été un gouffre sans fond, qui depuis 2000 a toujours perdu de l’argent et sur lequel elle a dû compter à plusieurs reprises sur l’intervention de l’État Pour résumer, depuis 2008les coûts totaux ont dépassé 10 milliards d’euros (principalement de l’argent public).

Air France-KLM entre au capital d'Alitalia

Air France-KLM entre au capital d’Alitalia

La proposition de MSC-Lufthansa pour ITA était inférieure à celle proposée par le consortium de fonds Certares. Et surtout, le gouvernement italien détient toujours 45% du capital deux administrateurs sur cinq au sein du conseil d’administration, dont le président non exécutif, pèsent sur les choix stratégiques de l’entreprise.

Passer à la structure finale n’est pas encore clair pour le moment. Ce qui est certain, c’est que la marge de manœuvre d’Air France-KLM est actuellement limitée par la Commission européenne, dans l’attente du remboursement de 75 % des aides d’État perçues lors de l’urgence sanitaire liée au COVID-19. Le groupe n’est pas loin de ce seuil grâce à sa recapitalisation et l’investissement de 500 millions d’euros par Apollo Global Management. Entre-temps, et selon plusieurs sources, Air France-KLM s’est réservé 9,9 % des parts du transporteur italien ; de l’autre, Certares aura au moins 41,1% et Delta 4% supplémentaires.

READ  Le CSE de Hop! s'oppose au plan de départ et se prépare à "une bataille juridique"

Nous étions plutôt favorables au consortium Lufthansa-MCS. Comment venir?

L’opérateur allemand a un « multi-hub« structure, alors que les Français ont un modèle de centralisation forte, reflétant en quelque sorte leur propre forme d’État. ITA aurait pu représenter une plateforme forte pour les vols vers l’Afrique – une hypothèse certainement pas viable en cas d’union avec les Français , qui sont très solides sur le segment, cela pourrait créer des frictions internes avec une structure de capital peu claire et, surtout, avec le groupe MSC, ITA aurait pu être un champion local dans le secteur du fret, visant à diversifier son modèle économique basé sur les voies aériennes. principalement sur le tourisme Cette option est plus limitée dans la proposition de valeur d’Air France-KLM.

Conclusion et évaluation

En Italie, il y a toujours les mêmes problèmes. Aussi dans cette période, il est temps pour les élections. Si l’avant-vente peut être signé par le gouvernement actuel, la clôture de la transaction sera confiée au prochain exécutif. Cependant, un obstacle majeur sur la voie de la fermeture est l’opposition de centre-droit. Selon les sondages, ce sera le prochain gouvernement italien et le chef du parti n’est déjà pas favorable en commentant que : « encore un morceau d’Italie qui s’en va, je suis prêt à tout pour l’empêcher ». Les syndicats étaient également plus favorables à l’offre de Deutsche Lufthansa-MSC, expliquant que ce consortium était plus en ligne en tant que partenaire industriel. Même si l’accord se concrétise, compte tenu de l’investissement d’Air France-KLM, nous attribuons une valeur nulle à la participation d’ITA Airways. Il y a une grande incertitude sur la prochaine décision politique italienne et nous confirmons toujours notre note neutre sur le groupe aérien franco-néerlandais.

READ  FIH Pro League : Hendrickx marque deux fois alors que la Belgique bat l'Inde 3-2 | Nouvelles du hockey

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here