Apple TV+, Netflix, Disney+, d’autres acceptent de pomper 330 millions de dollars de contenus français

Apple TV+, Netflix, Disney Plus et d’autres sociétés de streaming acceptent d’investir jusqu’à 330 millions de dollars dans du contenu français dans le cadre d’un accord qui a duré des mois. Selon les rapports, Netflix à lui seul sera responsable jusqu’à 225 millions de dollars.

Cette décision intervient après que le groupe a signé un accord avec les autorités françaises de l’audiovisuel (CSA) et les verra investir 20 % de leurs revenus annuels dans le contenu français. Seconde Variété, le CSA « s’attend à ce que l’investissement soit compris entre 250 millions d’euros (282 millions de dollars) et 300 millions d’euros (330 millions de dollars) en moyenne par an ». De plus, la France n’est probablement que le premier pays européen à rechercher des investissements.

Le pacte fournit des orientations spécifiques sur les nouvelles obligations d’investissement qui ont été publiées dans le décret français publié en juillet et résultant de la mise en œuvre de la directive sur les services de médias audiovisuels (SMAV). Une législation a été proposée par la Commission européenne pour uniformiser les règles du jeu entre les géants du streaming et les acteurs existants à travers l’Europe. La France est le premier pays à avoir établi de nouvelles règles dans le cadre de l’AVMS ; d’autres pays de l’UE devraient suivre le cours.

Le rapport note que Netflix, Amazon et Disney + ont signé l’accord, tandis que cinq autres devraient le faire avant la fin de l’année.

Sur les 20 % des sociétés de streaming qui devront investir, Variety note que 80 % seront réservés aux émissions, films et documentaires qui seront diffusés dans le monde entier, pas seulement en France. Le reste ira au cinéma.

READ  Le boom de la Premier League continue : on parle de 11,6 milliards d'euros de droits TV !

Les streamers devront consacrer 80 % des 20 % investis dans les contenus français à des œuvres audiovisuelles, telles que des spectacles, des films et des documentaires qui seront présentés en avant-première mondiale sur la plateforme. Les 20 % restants, soit 4 % des revenus totaux des streamers en France, seront investis dans des films qui sortiront en salles et seront soumis aux règles strictes de fenêtrage du pays.

Les télévisions locales contribuent déjà à la création de contenu local, et cette décision est conçue pour garantir que les streamers fassent de même. Il est difficile de voir de vrais perdants ici aussi, les fournisseurs de contenu en streaming recevant plus de contenu à montrer aux clients, les créateurs de contenu français ayant la possibilité de créer plus de contenu et les téléspectateurs voyant plus de contenu français apparaître sur leurs téléviseurs. .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here