Au lendemain de la suspension de leur fusion record de 16,2 milliards de dollars, soit près de 14,7 milliards d’euros, a annoncé le groupe LVMH jeudi 10 septembre. dans un communiqué de presse, qui était sur le point d’intenter une action en justice contre le bijoutier Tiffany & Co.

Le groupe Bernard Arnault, leader mondial du secteur du luxe, annonce son “Stupéfaction” concernant le procès de Tiffany & Co., qu’il juge dans un communiqué de presse «Totalement infondé. Il a été clairement préparé depuis longtemps par Tiffany et a été divulgué de manière trompeuse et diffamatoire aux actionnaires. “.

«La longue préparation de cette commande montre la mauvaise foi de Tiffany dans ses relations avec LVMH. La plupart de cette action est basée sur les critiques de Tiffany à l’encontre de LVMH pour ne pas avoir agi avec diligence pour obtenir les autorisations administratives liées aux règles antitrust dans le monde. Cette accusation est sans fondement et LVMH le prouvera au tribunal civil du Delaware “, fait remarquer.

Le géant français du luxe le dit «La notification à Bruxelles aura lieu, comme prévu, dans les prochains jours et cette date est simplement le résultat du programme fixé avec la Commission européenne elle-même, que Tiffany connaît parfaitement. Et il est raisonnable de penser que son autorisation sera obtenue en octobre “.

Article réservé à nos membres Lire aussi LVMH renonce à l’acquisition de Tiffany

La direction de Tiffany remise en question

Par ailleurs, le groupe précise que son conseil d’administration “Trouvé que résultats [de Tiffany  & Co.] au premier semestre et ses prévisions pour 2020 sont rares et nettement inférieures à celles des marques comparables du groupe LVMH sur la période “.

Le groupe de Bernard Arnault a fait savoir qu’il serait “Donc remis en question la gestion de la crise par la direction de Tiffany et son conseil d’administration”.

“LVMH estime, entre autres, que cette période est affectée par une situation de force majeure, que Tiffany n’a pas suivi un cadre de gestion normal, notamment en distribuant des dividendes importants lorsque la société était en perte et les opérations et l’organisation de cette société n’a pas été préservée “. En conclusion, LVMH “Il confirme donc que les conditions nécessaires à la réalisation de l’acquisition de Tiffany ne sont pas réunies”.

Lire aussi Taxe GAFA: les Etats-Unis sanctionnent la France … suspendus

Mercredi, LVMH a estimé qu’il était “Plus habile” de racheter ” comment est “ le bijoutier, mettant en évidence “Une succession d’événements susceptibles d’affaiblir la transaction d’acquisition de Tiffany”.

LVMH a notamment cité une lettre du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui, en réponse à la menace américaine de taxes françaises sur les produits, a demandé au groupe de reporter l’acquisition. de Tiffany & Co. au-delà du 6 janvier 2021.

READ  Covid-19: sept nouveaux départements deviennent rouges

De son côté, Tiffany & Co. a annoncé mercredi avoir poursuivi le numéro un mondial du luxe aux Etats-Unis, l’accusant, entre autres, de faire traîner les procédures réglementaires.

Article réservé à nos membres Lire aussi Alors que Bernard Arnault, PDG de LVMH, met la main sur le joaillier américain Tiffany

Le monde avec l’AFP