Santé

MINEUR – L’impact de Covid-19 sur la mortalité est systématiquement nié par les internautes, qui n’hésitent pas à partager des infographies fallacieuses à l’appui de leur argument. L’un d’eux, très populaire, fait une série de comparaisons trompeuses, avec le cancer ou le sida en particulier.

Covid-19 est-il fondamentalement relativement inoffensif? Les internautes l’affirment et n’hésitent pas à le prouver en diffusant des infographies avec les conclusions finales. L’un d’eux, répété plusieurs milliers de foisprend la forme d’un graphique à barres comparant différentes causes de décès. L’alcool, le sida, le paludisme et le cancer sont représentés, avec des données associées correspondant au nombre de décès. Covid-19 est également illustré, mais il semble minuscule en comparaison.

Un personnage de dessin animé pointe cette cause de décès, apparaissant beaucoup moins que les autres et se lance “Oh mon Dieu! Alerte générale! Arrêtez le monde entier! Nous mourrons tous !!” Une façon de dénoncer ironiquement l’inquiétude des pouvoirs publics face à un virus qui serait en réalité bien moins dangereux que les accidents de la route ou même le tabac. Des comparaisons pour le moins trompeuses, qui reposent sur des chiffres non fournis.

Lire aussi

Mortalité considérablement réduite

Dès le début, il semble compliqué d’analyser la véracité de cette infographie. Aucune légende, en effet, ne permet d’établir sur quelle échelle spatio-temporelle se fondent les figures proposées. Ces chiffres sont-ils à l’échelle française? Probablement pas, étant donné la présence du paludisme comme cause de décès. Est-ce à l’échelle européenne, mondiale? De plus, rien ne permet de déterminer la période couverte par les chiffres. Il pourrait donc s’agir autant d’une statistique mensuelle qu’annuelle.

READ  Les découvertes du prix Nobel de chimie Emmanuelle Charpentier sont-elles interdites en France?

Après quelques recherches, il est possible de retracer l’origine de cette infographie. Il est dans sa version anglaise de base, sortie en avril. La légende indique également que les chiffres correspondent à la mortalité enregistrée dans le monde uniquement pour les mois de janvier et février 2020.

Cette version originale montre qu’il est inutile de s’appuyer sur les données présentées ici, faisant référence à une période pendant laquelle le virus était presque entièrement confiné à la Chine.

Des échelles totalement trompeuses aujourd’hui

Si l’on comprend que les données représentées ici ne correspondent pas du tout aux résultats observés dans la phase actuelle de l’épidémie, est-il donc légitime de dire que Covid-19 est beaucoup moins mortel que les autres causes listées ici? ? Au niveau de la France, pas du tout. En seulement 8 mois, le virus a causé la mort d’un peu moins de 35000 personnes, soit 10 fois plus comme les accidents de la route au cours des 12 mois de l’année dernière.

Qu’en est-il des autres causes de décès? Selon les dernières données disponibles (datant de 2016), Le VIH a tué 303 personnes en France, soit plus de 100 fois moins que Covid-19 en 8 mois. Pour le tabac, nous avons estimations, qui s’attendent à environ 75 000 décès par an. Quant à l’alcool, une analyse fourni par Santé publique France rapporte 41 000 décès par an. De plus, les comparaisons avec le paludisme, pour un pays comme la France, ne sont pas pertinentes: il s’agit en fait d’une maladie très rare, dont les cas sont importés presque systématiquement. Le seul département où la maladie est endémique est la Guyane.

READ  Un "sursaut radio rapide" détecté dans notre galaxie

Le dernier point de comparaison concerne le cancer, qui la mort de 157 000 personnes en France en 2018. Le bilan à fin 2020 pour Covid-19 est peut-être moindre, mais l’écart sera bien moindre que ne le suggèrent les infographies diffusées en masse récemment sur les réseaux sociaux.

En résumé, il convient donc de se méfier des parallèles tracés en ligne entre Covid-19 et les autres causes de décès. L’infographie actuellement diffusée sur les réseaux sociaux est basée sur une version anglaise datant du printemps et dont les données ne couvraient que les mois de janvier et février. Toute utilisation dans le contexte actuel est logiquement trompeuse et déroutante.

Toutes les informations sur

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous envoyer des informations qui ne vous semblent pas fiables? N’hésitez pas à nous écrire à [email protected]

Sur le même sujet