L’homme d’affaires français vétéran Bernard Arnault est devenu l’âme derrière l’achat de plusieurs milliards de dollars du fabricant de sandales familial Birkenstock.

Arnault fonds de participation familial Financière Agache et L Catterton, société anonyme cofondée par son LVMH luxe empire des marchandises, il aurait payé quatre milliards d’euros pour la société allemande fondée en 1774.

“Pour les 250 prochaines années, nous avons besoin de partenaires qui partagent la même vision stratégique et à long terme que la famille Birkenstock”, ont déclaré les frères Christian et Alex Birkenstock dans un communiqué.

Le changement de propriétaire représente une voie différente pour l’entreprise lancée par Johann Adam Birkenstock à 60 km au sud de Bonn à Neustadt (Wied) pour fabriquer des chaussures orthopédiques.

Changements
En 1897, Konrad Birkenstock, l’arrière-petit-fils de Johann, avait créé la première base flexible qui s’adaptait aux contours des pieds.

En 30 ans, il avait agrandi l’entreprise avec l’acquisition d’une grande usine à 150 kilomètres à l’est à Friedberg.

Au milieu des années 1960, les sandales – effrontées pour leurs larges bretelles ajoutées aux semelles en liège et en latex – étaient de rigueur pour les semelles qui ont trébuché sur la sous-culture hippie et flower power aux États-Unis.

La marque a pris de l’attrait lorsque la mannequin Kate Moss les a portées lors d’une séance photo de mode pour un magazine à son apogée au début des années 1990. Leur temps en tant qu’accessoires pour les connaisseurs passés, les sandales sont restées une partie de la conscience de la mode grand public.

READ  Visualisation des relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'UE

Cet attrait intergénérationnel a permis à Birkenstock de vendre près de 24 millions de paires de chaussures au cours de l’exercice jusqu’en septembre 2019, avec un chiffre d’affaires en hausse de 11% à 721,5 millions d’euros et un bénéfice d’environ 130 millions d’euros.

“Nous obtiendrons un excellent accès au marché et des contacts en Asie grâce aux nouveaux copropriétaires et nous pourrons poursuivre notre croissance à un rythme accéléré”, a déclaré le PDG de Birkenstock, Oliver Reichert. Journal Handelsblatt.

“Les nouveaux copropriétaires apporteront à la fois une compréhension approfondie des détails d’une entreprise manufacturière axée sur la qualité et le respect des marques avec une longue tradition comme la nôtre”, ont ajouté les frères Birkenstock, qui conserveront une participation dans l’entreprise. 4 300 personnes dans le monde.