Aujourd’hui, le 7 février, c’est le jour gris de la Belgique, où théoriquement toute la production d’énergie verte du pays est épuisée, nous obligeant à passer aux sources grises.

Pour expliquer: la Belgique produit 9,9% de toute l’énergie à partir de sources vertes. Si nous avions commencé à utiliser l’énergie verte le 1er janvier, elle aurait été consommée hier, après 9,9% de l’année. Et aujourd’hui, Grey Day, nous devons revenir aux anciennes sources d’énergie grises.

Le concept est artificiel, mais comme travailler pour soi (pour la fiscalité) ou pour un salaire égal (pour l’écart de rémunération entre les sexes), il est utile à des fins de comparaison.

Et le calcul de Grey Day montre à quel point la Belgique se situe dans la liste des pays européens.

Selon les données d’Eurostat, la Belgique se classe au quatrième rang parmi les pays de l’UE27, seuls les Pays-Bas (8,8%), Malte (8,5%) et le Luxembourg (7%) enregistrant des pires résultats.

En revanche, la Suède arrive en tête du classement avec 56,4% d’énergie verte, ce qui signifie que son Grey Day ne sera pas avant le 23 juillet. Suivi par la Finlande (6 juin), la Lettonie (30 mai), le Danemark (16 mai) et l’Autriche (3 mai).

L’UE s’est fixé comme objectif que 20% de la consommation totale d’énergie soit verte d’ici 2020, et les principaux pays ont déjà atteint leur objectif national. La Belgique fait partie de ces pays qui ne l’ont pas fait et il semble peu probable que ce soit le cas. (Les quotas ci-dessus se réfèrent à la consommation en 2019, dernière année pour laquelle des données sont disponibles.)

Les autres pays qui n’atteignent pas l’objectif semblent être la Slovénie, la France, la Pologne, l’Irlande, les Pays-Bas et le Luxembourg. L’Espagne était proche en 2019, tout comme Malte, et pourrait se redresser d’ici la fin de l’année.

Alan Hope
Le Brussels Times

READ  Les États-Unis réalisent la plus grande saisie de crypto-monnaie terroriste