Aung San Suu Kyi : l’ancienne dirigeante du Myanmar condamnée à trois ans de travaux forcés

Le verdict de vendredi contre Suu Kyi est le dernier d’une série de sanctions infligées à la femme de 77 ans et signifie qu’elle risque désormais 20 ans de prison.

Cependant, c’est la première fois que Suu Kyi, une figure de proue de l’opposition à des décennies de régime militaire dans le pays, est condamnée aux travaux forcés depuis le dernier coup d’État militaire du pays en 2021. dans un procès séparé sous une administration précédente en 2009 mais cette peine a été commuée.

Le procès de vendredi des élections générales de novembre 2020 que sa Ligue nationale pour la démocratie a remporté avec une avalanche de voix, battant un parti créé par les militaires. Trois mois après ces élections, les militaires ont pris le pouvoir pour empêcher le parti de Suu Kyi de former un gouvernement, accusant de fraude électorale.

Suu Kyi et son parti nient ces allégations et affirment avoir remporté les élections équitablement.

Elle a également nié un certain nombre d’autres accusations qui ont été portées contre elle dans une série de procès secrets depuis qu’elle a été détenue il y a plus d’un an.

Suu Kyi est actuellement détenue à l’isolement dans une prison de la capitale Naypyitaw.

Le mois dernier, les médias officiels du Myanmar ont rapporté qu’un tribunal l’avait condamnée à six ans de prison après l’avoir reconnue coupable de quatre chefs d’accusation de corruption. Ce verdict, qui a porté sa peine de prison à 17 ans, a coïncidé avec une visite de l’envoyé spécial de l’ONU au Myanmar, venu enquêter sur la détérioration de la situation des droits de l’homme dans le pays.

READ  La victoire de Joe Biden confirmée par les plus hauts électeurs

Suu Kyi a également été précédemment reconnue coupable de crimes allant de la corruption aux violations des élections.

Les groupes de défense des droits de l’homme ont exprimé à plusieurs reprises leur inquiétude quant aux sanctions infligées aux militants pro-démocratie dans le pays depuis le coup d’État de 2021. En juillet, la junte militaire a exécuté deux militants pro-démocratie de premier plan et deux autres hommes accusés de terrorisme, à la suite d’un procès condamné par l’ONU et les groupes de défense des droits de l’homme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here