Burhan dit qu’il ne fera pas partie du gouvernement du Soudan après la transition | Des nouvelles du gouvernement

Le chef de l’armée soudanaise, le général Abdel Fattah al-Burhan, a déclaré qu’il ne participerait à aucun gouvernement qui viendrait après une période de transition et a nié que l’armée soit responsable de la mort des manifestants qui se sont rassemblés contre l’acquisition militaire .

Des manifestations contre le coup d’État à l’échelle nationale ont eu lieu depuis que l’armée a pris le pouvoir le 25 octobre, mais se sont heurtées à des répressions meurtrières.

Selon le Comité central indépendant des médecins soudanais, au moins 14 manifestants ont été tués et environ 300 blessés.

« C’est notre engagement – un engagement que nous avons pris envers nous-mêmes, le peuple soudanais et la communauté internationale – que nous nous engageons à achever la transition démocratique, à tenir des élections à temps et à n’arrêter aucune activité politique tant qu’elle est pacifique , et dans les limites de la déclaration constitutionnelle et des partis qui n’ont pas été suspendus », a déclaré al-Burhan à Al Jazeera dans des commentaires diffusés dimanche.

« Nous nous engageons à remettre le pouvoir à un gouvernement civil de compétence nationale et nous nous engageons à préserver la transition de toute ingérence qui pourrait l’entraver », a-t-il poursuivi.

Al-Burhan a également nié que l’armée soit responsable de la mort des manifestants.

« L’armée soudanaise ne tue pas de citoyens, et il existe des commissions d’enquête pour révéler ce qui s’est passé », a-t-il déclaré.

L’interview a été diffusée alors que les manifestations anti-coup d’État se poursuivaient dans la capitale, Khartoum et plusieurs autres villes, augmentant la pression sur l’armée alors que la crise politique se poursuit.

READ  La Malienne Halima Cisse attend 7 bébés et en donne 9

Des dizaines d’enseignants se sont rassemblés contre l’armée devant le ministère de l’Éducation à Khartoum. Selon le syndicat des enseignants, au moins 80 manifestants ont été arrêtés dimanche à Khartoum. Il n’y a eu aucun rapport de victimes.

Resul Serdar d’Al Jazeera, qui s’est entretenu avec Burhan, a déclaré que le général avait déclaré que les gens avaient le droit de manifester pacifiquement.

« Burhan a déclaré que des pourparlers étaient en cours avec des partis politiques et des personnalités dont le Premier ministre déchu Abdalla Hamdok [regarding] parvenir à un consensus pour former un gouvernement », a déclaré Serdar, s’exprimant depuis Khartoum.

« Il a dit qu’il espérait parvenir à un accord dans les prochaines 24 heures, malgré plusieurs obstacles. »

Des gaz lacrymogènes tirés alors que les manifestations se poursuivent

Plus tôt dimanche, les forces de sécurité soudanaises ont tiré des gaz lacrymogènes sur plusieurs rassemblements anti-coup d’État, des manifestants dans plusieurs villes se joignant à un appel de deux jours à la désobéissance civile et à une campagne de grève pour protester contre la prise de contrôle militaire du mois dernier.

Des appels à la désobéissance civile ont été menés par l’Association des professionnels soudanais (SPA), une fédération de syndicats qui a également joué un rôle déterminant dans les manifestations qui ont conduit à la destitution de l’homme fort de longue date Omar al-Bashir en avril 2019.

« Le peuple soudanais a rejeté le coup d’État militaire », a déclaré la SPA, promettant « aucune négociation, aucun partenariat ».

Les appels à la désobéissance civile de la SPA ont été diffusés par SMS, pour contourner les pannes d’Internet au lendemain du coup d’État.

READ  Le groupe anti-corruption Navalny demande à Biden de sanctionner les alliés de Poutine

Des centaines de manifestants anti-coup d’État se sont rassemblés à Khartoum, ainsi que dans sa ville sœur d’Omdurman, Wad Madni au sud et la ville d’Atbara au nord.

« L’autorité appartient au peuple », ont-ils chanté et « non, non au gouvernement militaire » en appelant à un « gouvernement civil ».

« Les manifestants ont barricadé les rues, incendié des pneus de voiture, crié après le gouvernement militaire et crié que le gouvernement civil est le choix du peuple », a déclaré Hoda Othman, qui a été témoin des manifestations à Omdurman.

La prise de contrôle militaire a suscité une condamnation internationale, notamment des réductions punitives de l’aide et des appels à un retour rapide à un régime civil.

Al-Burhan insiste sur le fait qu’il ne s’agissait « pas d’un coup d’État » mais d’une démarche visant à « rectifier le cours de la transition ».

Dimanche, une délégation de haut niveau de la Ligue arabe a eu des entretiens séparés avec al-Burhan et le dirigeant civil déchu, Abdalla Hamdok, sur « l’importance des partenariats militaro-civils » et les moyens de « résoudre les désaccords ».

Hamdok, qui est toujours assigné à résidence dans sa résidence de Khartoum, a insisté pour libérer les responsables gouvernementaux et les politiciens détenus en lien avec le coup d’État. Il veut également des « garanties » que l’armée reviendra aux accords de partage du pouvoir d’avant le coup d’État, a déclaré le responsable.

Jeudi, l’armée a libéré quatre membres civils du gouvernement, mais des responsables clés sont toujours détenus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here