Cadeaux pour l’innovation, de la France au Nigeria

Il y a quinze jours, le gouvernement français a accordé 150 000 € de bourses de recherche à des chercheurs autochtones de cinq universités nigérianes. Chacun d’eux a reçu 30 000 € pour soutenir des projets innovants dans le domaine de la « Recherche en santé, innovation, information et intelligence artificielle ».

L’ambassadrice de France au Nigeria, Mme Emmanuelle Blatmann, a remis la remise du prix aux principaux investigateurs des projets qui sont : Dr Patrick Okonji, principal investigateur du projet de l’Université de Lagos intitulé « Une approche de télémédecine pour l’égalité d’accès à une des soins oculaires de qualité dans les zones rurales reculées de Lagos, au Nigeria » ; le professeur Oluyemisi Folasire, représentant le chercheur principal du projet de l’Université d’Ibadan intitulé « Traqueur de glycémie gestationnelle : une méthode innovante de détection, de prévention et de traitement du diabète sucré gestationnel » ; le professeur Omolola Irinoye, chercheur principal du projet de l’Université Obafemi Awolowo intitulé « Systèmes de santé électroniques pour renforcer la littératie en santé, la promotion, le dépistage et l’accès aux soins de santé pour des groupes de population dans l’État d’Osun » ; Prof Amir Bature, chercheur principal du projet Kano de Bayero Uni versité intitulée « Détection du parasite du paludisme dans la microscopie des frottis sanguins à l’aide de l’intelligence artificielle » ; et le professeur Hayward Mafuyaih, chercheur principal du projet de l’Université de Jos intitulé « Système d’information sur le paludisme basé sur le Web ».

La phase de mise en œuvre, qui durera jusqu’en décembre 2023, devrait avoir des résultats finaux qui doivent être durables et reproductibles à plus grande échelle dans le pays. Il est à noter que les thèmes des TIC innovantes et de l’intelligence artificielle sont d’actualité. Pour être exact, le pays étant encore sous le choc de l’impact de la pandémie de COVID-19, une adaptation à l’échelle nationale de ces projets aiderait sûrement le Nigéria à exploiter les gains évidents de l’espace virtuel, qui est devenu une alternative au travail en temps réel. .

READ  Les manifestations belges contre la mort d'un homme en garde à vue ont conduit à plus de 100 arrestations

Jetons un coup d’œil à deux des projets ci-dessus. Le Dr Okonji d’UNILAG dirige l’innovation de télémédecine qui utilisera la subvention pour fournir un accès aux services de soins oculaires dans les villages ruraux reculés de Lagos. La subvention aiderait à développer et à installer une application de télémédecine portable et facile à utiliser et un système de vidéoconférence pour la consultation, le diagnostic et le traitement à distance des maladies oculaires dans des zones rurales identifiées à Lagos (Badagry, Epe et Ikorodu) et servirait à atteindre des groupes confrontés à des obstacles à l’accès aux soins oculaires. Le projet devrait servir de modèle pour la mise en place de services de télémédecine dans d’autres zones rurales du Nigeria.

Maintenant, si l’on considère le fait que le Nigéria a une relation très catastrophique entre les patients et les ophtalmologistes, on peut donc apprécier ce que cela signifierait de réduire considérablement le lourd fardeau financier, le stress physique et les inconvénients souvent subis par les patients voyageant des zones rurales vers les villes métropolitaines. aux services de soins oculaires. En fait, de nombreux citoyens souffrant de problèmes oculaires qui auraient pu être sauvés ont perdu la vue en raison du manque d’ophtalmologistes dans leur voisinage.

Malheureusement, le Nigéria a un ratio d’un ophtalmologiste pour cinquante mille citoyens par rapport à la norme mondiale d’un ophtalmologiste pour cinq cents citoyens. Par conséquent, le Dr Okonji a expliqué que le projet alimentera et facilitera également le développement d’un réseau de professionnels de la vue pour des partenariats efficients et efficaces dans la fourniture de soins oculaires de qualité.

Le deuxième projet est à l’Université de Jos, un système d’information sur le paludisme basé sur le Web, qui cherche à intégrer l’intelligence artificielle dans la gestion des soins de santé. Selon le chercheur principal, le professeur Mafuyaih, il s’agit d’un algorithme d’apprentissage automatique qui prendra les données sur le terrain, les calculera et les utilisera pour prédire l’évolution du paludisme. Cela garantit la fidélité des données aux commissaires à la santé, aux professionnels de la santé et aux gestionnaires de programme dans leur tâche de prévision, d’utilisation, de mise en œuvre et de suivi des interventions sanitaires structurelles.

READ  La France est aux prises avec la taxation des crypto-monnaies comme le Bitcoin

Fait intéressant, ce n’est pas la première fois que le gouvernement français fait cela. Entre 2019 et 2020, l’Ambassade de France au Nigeria a exploité les opportunités de collaboration sur le changement climatique, dans le cadre du projet Recherche et Innovation en Adaptation au Changement Climatique au Nigeria, qui a renforcé les dispositifs de recherche de certains instituts tertiaires sélectionnés au Nigeria. Le projet a également encouragé la coopération intra-universitaire nigériane et la formation de clusters locaux dans le domaine de la recherche sur le changement climatique.

Sept universités nigérianes ont été impliquées dans le projet AIRACC, notamment : University of Lagos, Alex Ekwueme Federal University, University of Ibadan, Bayero University, Kano University of Science and Technology, University of Jos et Ebonyi State University. En juin 2019, des chercheurs de ces institutions ont présenté 7 propositions de recherche en groupe multidisciplinaire sur le thème du changement climatique. Trois de ces propositions (dont une au profit des femmes du Nigéria) ont été sélectionnées en novembre 2019 et financées par l’Ambassade de France au Nigéria en 2020.

À mon avis, la plus fondamentale de cette intervention a été « l’atelier Fablab », lorsque l’ambassade a formé 17 ingénieurs et professeurs de cinq universités nigérianes. Les fablabs ont été particulièrement pensés pour concevoir des solutions d’adaptation au changement climatique. Par définition, un laboratoire de fabrication, « fab lab » en abrégé, est un laboratoire à petite échelle qui propose une fabrication numérique personnelle. Il est généralement livré avec un certain nombre d’outils flexibles contrôlés par ordinateur qui couvrent différentes échelles de longueur et divers matériaux, dans le but de fabriquer « presque n’importe quoi ».

READ  Le président chilien enquête après la fuite des Pandora Papers

Cela inclut les produits technologiques généralement perçus comme limités à la production de masse. Bien que le fablab doive encore rivaliser avec la production de masse et les économies d’échelle associées dans la fabrication de produits largement distribués, ils ont déjà démontré le potentiel de permettre aux gens de créer eux-mêmes des appareils intelligents. Ces appareils peuvent être adaptés aux besoins locaux ou personnels d’une manière qui n’est ni pratique ni économique en utilisant la production de masse.

Le Dr Amir Bature de l’Université Bayero de Kano a livré un témoignage incisif : « Nous avons atteint trois objectifs avec l’intervention française en 2020. Le premier est la campagne de sensibilisation sur l’importance des arbres dans les villages ruraux ; après quoi nous avons planté plus de 200 arbres avec les villageois et ils nous ont promis d’arroser les arbres et de ne plus les utiliser comme bois de chauffage. Le second est l’utilisation des équipements du fab lab de la Faculté de Génie. Nous avons conçu un cuiseur solaire utilisant une feuille d’aluminium, qui est un concentrateur solaire, et l’avons démontré après la fabrication. Le troisième est l’intervention sanitaire. Nous sommes allés au village où ils n’avaient pas accès à de vrais médecins. Nous avons créé une plate-forme pour la maladie, grâce à laquelle à partir de là, dans les zones rurales, en utilisant le logiciel que nous avons développé, ils parlent à un vrai médecin qui peut être en ville ou n’importe où dans le monde. Avant cela, ils ne dépendaient que d’agents de santé locaux non formés. Mais grâce à notre projet, développé grâce à l’intervention française, la vie des ruraux a été totalement transformée.

« De plus, il y a beaucoup d’autres choses que nous avons pu réaliser avec le fab lab. L’ambassade de France est également venue voir où mes élèves et moi avons construit une station météo. L’équipement était capable de lire la température. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here