Matinée télévisée, entretien de presse écrite, conférence de presse à la fin du cabinet avec Bruno le maire (Économie), Elisabeth Borne (Travail et Barbara Pompili (Transition écologique)… Il sera difficile d’échapper ce mardi à la présentation de Jean Castex le plan de relance économique promis en juillet par le président Emmanuel Macron.

Le gouvernement s’est donné deux ans pour trouver ” un niveau de richesse nationale pour la France équivalent au niveau d’avant la crise «Bruno Le Maire a annoncé fin juillet. Un défi car l’épidémie a causé d’énormes dégâts à l’économie: la France devrait connaître cette année sa pire récession depuis des décennies, avec une Contraction du PIB de 11% selon le gouvernement, et une augmentation massive chômage avec ” plusieurs centaines de milliers de chômeurs de plus en fin d’année », Selon la ministre du Travail Élisabeth Borne.

L’Etat a déjà injecté 460 milliards d’euros dans l’économie par le biais du chômage partiel, des prêts garantis et des aides sectorielles. Les 100 milliards suivants, investis sur deux ans, doivent poursuivre l’effort de soutien à l’offre, alors que de nombreuses PME risquent la faillite dans les semaines à venir.

Comment seront-ils financés?

L’Union européenne il subventionnera le plan gouvernemental à hauteur de 35 milliards, qui viendront compléter les 65 milliards prélevés sur le budget. Pour le moment, Bercy ne fait allusion qu’à une augmentation de la dette publique (qui a atteint 121% du PIB), Emmanuel Macron ayant évacué toute mesure supplémentaire de pression fiscale (même si, de fait, la CRDS, devrait disparaître en 2024, elle continuera à rembourser la dette sociale jusqu’en 2033).

READ  MARKET POINT - Rebond en vue en Europe au lendemain du virage de la Fed (mis à jour)

Cependant, le plan pèsera lourdement sur les finances. D’où l’objectif fixé par Bruno Le Maire de maintenir le ” contrôle des dépenses publiques “Et donc pour promouvoir des mesures cycliques, comme le recours aux contrats à durée déterminée dans la fonction publique. Cependant, de nouvelles mesures d’économie budgétaire pourraient être nécessaires en 2022 pour atténuer le carcan de la dette. Ce sera au prochain président de décider …

Comment les 100 milliards seront-ils répartis?

Parmi les masses, des compromis ont été faits. Environ 40 milliards devraient être utilisés pour soutenir la réindustrialisation du pays, notamment à travers une contribution de 3 milliards de fonds propres pour les PME et 20 milliards accumulés réduction des taxes à la production.

La transition écologique doit recevoir trente milliards, dont une douzaine se chevauchent avec l’aide aux entreprises. Environ 5 milliards seront alloués à la rénovation thermique des bâtiments et 13 milliards aux objectifs de réduction des émissions de CO2 (plan vélo, soutien aux véhicules électriques). Enfin, un milliard doit être utilisé pour favoriser la délocalisation des entreprises en France.

Vingt milliards seront alloués à l’emploi, et 6,5 milliards en particulier pour les jeunes, mère de batailles pour le retour à l’école pour le gouvernement qui, parmi les 700 000 arrivés sur le marché du travail à l’automne, veut élever les moins formés pour les orienter vers des contrats d’apprentissage et d’insertion.

Enfin, le volet solidarité du plan engloutira les vingt milliards restants, à travers les aides à la dépendance, les aides territoriales et surtout 6 milliards engagés dans des investissements pour le système de santé.

READ  Jusqu'à 100 Go à partir de 10 € / mois avec les meilleurs packages promotionnels