C’est l’affaire pénale la plus mystérieuse de ces derniers mois. Militaires de la DGSE, services secrets étrangers français, ils prévoyaient d’assassiner une femme de 54 ans. Six hommes ont été arrêtés mais la raison reste entièrement inconnue. Cette femme, Marie-Hélène Dini, spécialisée dans le coaching d’entreprise, témoigne ce jeudi matin sur RTL. Il est proche de la mort.

Le 24 juillet, le BAC de Créteil a été alerté par un habitant d’un quartier résidentiel car deux hommes étaient de garde dans une voiture. La police intervient et découvre une arme chargée. Étonnement en garde à vue: les deux soldats révèlent non seulement leur appartenance à la DGSE, attribuer des missions de garde, mais aussi expliquer que leur mission était de tirer sur cette femme. Le recruteur leur aurait dit qu’il s’agissait d’une opération clandestine de la DGSE, que l’objectif serait lié au Mossad. En fait, la brigade criminelle acquiert bientôt la sentence qu’il s’agit d’un contrat privé, lié à l’activité professionnelle de la cible.

D’autres arrestations suivent, mais le sponsor reste hors de portée à ce jour. Tout dans le fichier demande: disproportionné signifie, une exécution confuse, une cible apparemment calme. Marie-Hélène Dini compte 3 entreprises et 15 salariés dans le domaine du coaching. Pour son travail, il pratique l’hypnose et la psychothérapie. L’année dernière, il a créé un syndicat pour mieux encadrer la profession, le SIMACS. Mais rien qui puisse expliquer ce contrat mis sur sa tête.

De la révélation de l’affaire, la DGSE annonce qu’elle n’a rien à voir avec ce projet criminel et qu’il s’agit d’une initiative privée. Ceci est confirmé à ce stade par l’enquête de la Brigade PJ de Paris, selon plusieurs sources policières et judiciaires consultées par RTL.

READ  Margot, la commerçante a frappé vendredi à Palavas: "Ma grand-mère a aussi pris des coups"

“J’ai installé un système d’alarme”

“J’ai appris le 3 août par la presse, qu’il y avait des soldats de la DGSE (qui veulent le suivre). Une peur de panique s’empare de moi, J’ai l’impression qu’il y a des agents partout “, témoigne Marie-Hélène Dini au micro de RTL.” Je n’ai absolument aucune explication. Je me dis que je dois changer de téléphone que je m’assure de ne pas être repéré. J’ai très peur, je pars en vacances mais je vérifie sous la voiture, je vais dans des endroits où personne ne sait où je suis », poursuit-il.

La spécialiste du coaching d’affaires explique que son quotidien a été bouleversé. «Depuis, je suis tout simplement confiné, n’ose ni sortir ni sortir sous protection. J’ai installé un système d’alarme et Je dors avec un SOS à côté de mon lit“, dites-nous. À ce jour, elle n’a «absolument» aucune idée de qui peut la blâmer.. «Comme tout dirigeant d’entreprise, j’ai des différends et des conflits, mais à aucun moment le ton n’a augmenté ou n’ai-je fait l’objet de menaces ou de poursuites judiciaires. Cela ne va pas au-delà de cette étape“il explique.

Il précise qu’il n’a “aucun lien” avec les services secrets étrangers. “J’ai une vie très calme, J’ai vraiment la vie de M. et Mme tout le monde (…) C’était l’enfer. Qui, même dans la sphère privée, a intérêt à ce que je disparaisse? », S’interroge-t-il. Marie-Hélène explique maintenant qu’elle a décidé« d’essayer de vivre normalement. Essayez de vous concentrer sur l’amélioration“.

La rédaction vous conseille


Lire la suite

READ  «Je ne pensais pas vraiment qu'un jour je pourrais jouer un homme», dit Laura Smet.