De 21 territoires, dont 4 d’outre-mer, la liste s’élève à 28. Sept nouveaux départements ont été classés en «zone de circulation active du virus» (ZCA), selon un décret publié dimanche dernier au Journal officiel et qui entre en vigueur «immédiatement». Six d’entre eux sont situés dans la métropole: Corse-du-Sud, Haute-Corse, Côte-d’Or, Nord, Bas-Rhin et Seine-Maritime, plus La Réunion.

Paris et les Bouches-du-Rhône ont été les premiers classés «rouges», à partir du 14 août. Treize jours plus tard, le 27 août, le Premier ministre Jean Castex a dévoilé 19 départements supplémentaires (21 si l’on prend en compte les micro-territoires d’outre-mer de Saint-Martin et Saint-Barthélemy).

«Une zone de circulation active du virus se caractérise principalement par un taux d’incidence supérieur à 50 et par une dynamique épidémique défavorable», explique la Direction générale de la santé parisienne (DGS). Les données les plus récentes de Santé publique France montrent que le taux d’incidence, c’est-à-dire le nombre de cas pour 100 000 habitants au cours des sept derniers jours, est en fait supérieur au «seuil d’alerte» de 50 dans ces quartiers (à l’exception du Bas-Rhin, 41,3).

Capture d’écran

En pratique, pour décider de transformer un service en «ZCA», les autorités procèdent à une «analyse des indicateurs de santé publique en France (pression hospitalière, nombre de tests effectués, taux de test positif, évolution du nombre de clusters, etc. .)) “, Suivie” d’une évaluation du profil épidémiologique de chaque territoire sur la base de ces différents indicateurs “, précise encore la DGS. Il ne s’agit donc pas d’un simple calcul algorithmique.

READ  Marché des transferts: détails sur le retour imminent de Bale Tottenham - Football

Bars et restaurants fermés plus tôt

Ce changement, décidé en raison de la progression de l’épidémie de Covid-19, permettra aux préfets de ces départements tout juste classés comme «ZCA» de prendre des mesures supplémentaires pour limiter la contamination. La liste se trouve à l’article 50 de la décret du 10 juillet 2020 “Prescrire les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19”. Il s’agit notamment de la limitation des déplacements autorisés ou de l’interdiction d’accueillir le public dans les musées, les installations sportives couvertes ou encore les restaurants après un certain laps de temps.

Dans les Bouches-du-Rhône, par exemple, la préfecture a annoncé le 25 août la fermeture des restaurants et débits de boissons tous les soirs à partir de 23 heures (la hache a été déplacée à minuit et demi ce samedi). Une mesure similaire à Paris “n’est pas exclue”, avait indiqué dans la foulée Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement.