Huit personnes, six Français et deux Nigérians, ont été tuées le 9 août alors qu’elles visitaient la réserve de girafes de Kouré, à 60 km au sud-est de la capitale Niamey.

De Le Figaro avec l’AFP

Des humanitaires ont été tués à bord d'une ONG Land Cruiser Acted.
Des humanitaires ont été tués à bord d’une ONG Land Cruiser Acted. BOUREIMA HAMA / AFP

Jeudi, le groupe État islamique (EI) a revendiqué le meurtre de huit personnes le 9 août au Niger, dont six travailleurs humanitaires français et deux nigérians, dans son organe de propagande Al-Naba. La publication, authentifiée par plusieurs sources, dont l’organisme américain SITE, spécialisé dans la surveillance des groupes jihadistes, évoque un “boulon d’éclairage“Dans la région de Kouré qui a fait six morts”Croisés»Français et deux«apostats»Nigerini.

De jeunes travailleurs humanitaires français, deux hommes et quatre femmes, ont été assassinés avec leur chauffeur et guide nigérian par des hommes armés à moto le 9 août alors qu’ils se rendaient dans la réserve de girafes de Kouré, à 60 km au sud-est de la capitale Niamey. où ils étaient basés. Après l’attaque, le gouvernement nigérian a fermé la réserve tandis que la France a placé le site en “zone rouge», Tout comme le reste du pays, sauf la capitale.

Le Niger, pays sahélien très pauvre, est en proie à des attaques djihadistes récurrentes qui ont entraîné la mort de centaines de personnes. Avec le Mali et le Burkina Faso voisin, il est au centre d’une vaste zone couverte par des groupes djihadistes qui se revendiquent de l’Etat islamique ou de son rival Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), et où sont déployés quelque 5100 soldats français. de la Force antiterroriste de Barkhane.

READ  cent cas de coronavirus liés à deux touristes français

VOIR AUSSI – Niger: l’ONG Acted demande “d’inclure les crimes contre les travailleurs humanitaires dans la liste des crimes contre l’humanité”