Ce mardi, 40000 manifestants, selon les données de la police, ont manifesté à Dhaka au Bangladesh, notamment en brûlant une effigie d’Emmanuel Macron, qu’ils accusent de défendre le droit de caricaturer Muhammad.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté mardi à Dhaka, appelant au boycott des produits français et brûlant une effigie du président Emmanuel Macron, l’accusant même de “vénérer Satan” après que ce dernier ait défendu la liberté de caricaturer le prophète Mahomet. . Selon la police, plus de 40 000 personnes ont participé à cette marche organisée par un parti islamiste et qui a été stoppée avant de rejoindre l’ambassade de France dans la capitale du Bangladesh.

Macron accusé de “vénérer Satan”

Des centaines de policiers ont érigé des barbelés pour bloquer les manifestants qui se sont dispersés sans violence. Emmanuel Macron est devenu la cible de manifestations dans plusieurs pays après avoir promis que la France continuerait à défendre ce type de caricature, lors d’un hommage national mercredi dernier à Samuel Paty, un professeur décapité dans une attaque islamiste le 16 octobre pour en avoir eu un. montrez-en à ses élèves.

La manifestation, organisée par l’Islami Andolan Bangladesh (IAB), l’un des principaux partis islamistes du Bangladesh, a commencé devant la principale mosquée du pays, la mosquée nationale Baitul Mukarram au centre de la capitale. Les manifestants ont scandé des slogans appelant au “boycott des produits français” et “punir” Emmanuel Macron.

“Macron est l’un des rares dirigeants à adorer Satan”, a déclaré Ataur Rahman, un haut responsable de l’IAB, à la foule rassemblée à la mosquée Baitul Mukarram. Il a appelé le gouvernement du Bangladesh à «expulser» l’ambassadeur de France. Un autre dirigeant islamiste, Hasan Jamal, a pour sa part déclaré que les manifestants “abattreaient toutes les briques” de l’ambassade si l’ambassadeur n’avait pas été licencié.

READ  Débat Trump-Biden LIVE. Donald Trump défend sa sortie de l'Accord de Paris

L’hostilité a continué après la manifestation

“La France est l’ennemie des musulmans. Ceux qui la représentent sont aussi nos ennemis”, a déclaré Nesar Uddin, un jeune dirigeant de l’organisation. Après que la manifestation ait été interrompue, les manifestants ont continué à défiler dans les rues adjacentes en criant des slogans appelant au boycott de la France et assurant que “Macron paiera cher”.

La Turquie a pris les devants dans la colère croissante dans le monde musulman et son président Recep Tayyip Erdogan a appelé au boycott des produits français et a remis en question la “santé mentale” d’Emmanuel Macron après les propos du président français, qui a enregistré un séries médiatiques en Europe.