Des hauts et des bas pour 2022 : les mondes de Gravel, le Tour de France féminin et plus encore COVID

Chaque saison de course a ses hauts et ses bas, et il y a toujours des surprises en cours de route.

Qui aurait pu prédire une pandémie mondiale ou que le cyclisme serait capable de franchir la ligne d’arrivée pendant la majeure partie de sa saison européenne sur route pendant deux années consécutives ?

Un nouveau coureur peut surgir de nulle part pour dominer le peloton, il suffit de regarder Tadej Pogacar et son emprise toujours plus ferme sur le maillot jaune au Tour de France.

Alors à quoi s’attendre pour 2022 ?

Malheureusement, la pandémie ne va nulle part, mais la saison de course de cette année devrait être inoubliable.

Voici quelques faits saillants qui se démarqueront en 2022 :

Tour de France Femmes : ouvrir de nouveaux horizons

Le premier Tour de France Femmes continue de susciter le débat une semaine après sa sortie. (Photo : Luc Claessen / Getty Images)

Aucune épreuve en 2022 n’est autant prévue que le Tour de France Femmes. L’importance de son arrivée ne peut être sous-estimée.

Soutenue par la force marketing et le prestige d’ASO et par un accord de parrainage de premier plan avec Zwift, la course en huit étapes arrive au bon moment pour les courses féminines.

Lire aussi :

Le groupe est plus grand que jamais et il y a de plus en plus de soutiens financiers derrière les équipes. L’attrait du maillot jaune pourrait et devrait pousser le cyclisme féminin au niveau supérieur.

Bien sûr, tout le monde n’est pas content. Certains disent que pour parvenir à une véritable égalité, le groupe de femmes devrait et peut fonctionner pendant trois semaines. D’autres préviennent qu’il y a un risque de trop faire grossir le calendrier féminin et d’épuiser les ressources des équipes et des pilotes s’il y a trop de jours de compétition accumulés trop vite.

La plupart, cependant, semblent prêts à saisir la course comme une opportunité de présenter le meilleur de la course féminine.

READ  Eddie Jones félicite Owen Farrell «exceptionnel» pour son plan disciplinaire contre la France | Équipe d'Angleterre de rugby à XV

Tout le monde n’est peut-être pas fan d’ASO, mais personne ne peut prétendre qu’il n’est pas le meilleur organisateur de courses en Europe. Ils savent ce qu’ils font.

Et avec un parcours aussi intéressant et équilibré, le premier Tour de France Femmes devrait être un succès immédiat.

Championnat du monde gravel UCI : une première historique

Qu’on le veuille ou non, l’UCI couronnera les champions du monde officiellement sanctionnés pour ce qui s’est imposé comme la nouvelle discipline la plus énergique et la plus dynamique du cyclisme après le VTT.

Comme le vélo de montagne, les courses sur gravier se sont développées de manière organique, avec le soutien de la base des iconoclastes locaux et des organisateurs de courses qui ont construit le créneau à partir de zéro.

Lire aussi: La communauté gravel réagit à l’arrivée de l’UCI

Et maintenant vient l’UCI.

Tout comme le vélo de montagne, l’UCI se lance dans ce qu’elle voit, ce qui devient rapidement une très grande chose.

Offrant son maillot arc-en-ciel et son poids provenant d’une fédération internationale, l’UCI espère que la communauté du gravel embrassera ses mondes autant que les technocrates suisses veulent apporter leurs tentacules dans la scène en plein essor du gravel.

Contrairement au vélo de montagne, cependant, il est très peu probable que la course sur gravier devienne une discipline olympique.

Cela signifie que l’UCI ne pourra pas intimider comme elle l’a fait avec le vélo de montagne à ses débuts il y a quelques décennies.

Le président de l’UCI, David Lappartient, jure que l’instance dirigeante du cyclisme n’a pas la main lourde et pour être honnête, que peut-elle faire ? Presque tous ceux qui courent et courent dans des épreuves sur terre se soucient beaucoup de l’UCI.

L’UCI promet de révéler le mois prochain les détails du site accueillant les premiers championnats du monde – selon des sources VeloNews ce sera aux États-Unis, ainsi qu’à d’autres dates clés d’une série qui durera toute la saison.

READ  Romelu Lukaku fait preuve d'un sérieux mental d'acier alors qu'il dirige la charge belge de l'Euro 2020

Il sera intéressant de voir à quel point la niche sans cesse croissante des professionnels sur la scène du gravier prend le maillot arc-en-ciel.

Mon hypothèse est très sérieuse. Qui ne voudrait pas être le premier vainqueur du titre mondial sanctionné par l’UCI ?

Nouvelles dates Paris-Roubaix : une semaine fait-elle la différence ?

Paris-Roubaix a été totalement annulé en 2020 et reporté à octobre 2021, alors en quoi une semaine supplémentaire fera-t-elle la différence en 2022 ?

Un peu plus que prévu.

Ce printemps, Roubaix et l’Amstel Gold Race seront intervertis dans le calendrier des courses en raison de l’élection présidentielle en France. Cela signifie que deux semaines complètes s’écouleront avant le Tour des Flandres et Roubaix, au lieu de la semaine traditionnelle.

Rien de grave, non ? Eh bien, avec le groupe d’aujourd’hui si bien calibré et méticuleusement planifié, cette semaine supplémentaire aura un impact majeur sur les coureurs et les équipes des meilleures classiques du groupe.

Lire aussi :

Les cyclistes ajustent déjà leurs calendriers pour essayer de réduire le pic de la saison printanière pour s’adapter au calendrier ponctuel.

Wout van Aert a confirmé qu’il manquait une chance de remporter un autre titre mondial de cyclocross en partie à cause de la date ultérieure de Roubaix. Le long voyage aux États-Unis et les inquiétudes croissantes concernant le coronavirus n’aident pas non plus, mais la date après Roubaix a été un facteur clé.

Mads Pedersen (Trek-Segafredo) a déclaré qu’il manquera le week-end d’ouverture belge, ce qui signifie qu’il ne défendra pas son titre à Kuurne-Brussel-Kuurne.

Il s’agit de culminer au bon moment.

Une semaine peut ne pas sembler beaucoup, mais pour les briseurs de paille finement réglés, un prochain Roubaix se déroulera au printemps de manière subtile mais significative.

COVID-19 : la grosse dame ne chante pas encore

Sepp Kuss est relativement indemne sur le Tour de France.
Une récente épidémie d’une nouvelle variante du coronavirus met des frissons dans tout le sport. (Tim de Waele / Getty Images)

Tout le monde pensait que d’ici l’été 2022, le coronavirus serait fourré dans la bouteille pandémique.

READ  Tour préliminaire de l'EURO de futsal féminin : Belgique, Hollande, Slovaquie par | EURO féminin de futsal de l'UEFA

Les principales parties prenantes du groupe espéraient alléger le chapelet de mesures d’hygiène et de sécurité qui dominaient le groupe depuis 2020.

Lire aussi :

Omicron avait cependant autre chose en tête, et alors que les équipes se dirigent vers la côte méditerranéenne espagnole la semaine prochaine pour des camps d’entraînement de pré-saison, les taux d’infection à travers l’Europe sont plus élevés que jamais.

Cela signifie que 2022 sera probablement très similaire à 2020 et 2021, du moins en termes de limitation de l’accès des fans, de maintien des médias à distance, de compétition « à huis clos » et d’annulation inévitable de la course.

Jusqu’à présent, tout le monde a trouvé que la course n’a pas été si affectée. Et certains disent que c’est encore mieux en ces temps troublés et étranges.

Le plus important est que tout le monde soit en sécurité et que le groupe continue de pédaler.

Né en 1990 : fait ou encore facteur ?

Romain Bardet a rejoint le Team DSM début 2021
Romain Bardet a rejoint le Team DSM début 2021. (Photo : Marco Bertorello / AFP via Getty Images)

Il n’y a pas de temps pour ralentir, et la tant vantée « Class of 1990 » découvre à quel point cet idiome sonne vrai pour tout le monde.

Bien avant que les Remcos et les Tadejs ne prennent la tête du peloton, Peter Sagan, Nairo Quintana et Taylor Phinney étaient les New Kids on the Block.

Plus d’une décennie plus tard, l’une des générations les plus célèbres du cyclisme pédale vers l’âge de 30 ans.

Lire aussi :

Certains, comme Phinney, sont déjà à la retraite. Sagan et Quintana, deux des protagonistes des 10 dernières années, rivalisent toujours avec fierté et honneur.

Tout cycliste qui entre dans les 30 premières années est à la croisée des chemins. Certains, comme Alejandro Valverde, peuvent continuer à gagner jusqu’à 40 ans, et d’autres passent au rôle de capitaine à l’extérieur ou deviennent directeurs sportifs.

Attendez-vous à quelques coureurs comme Tom Dumoulin, Thibaut Pinot et Romain Bardet, tous nés en 1990, qui courront dur pour prouver qu’il y a encore quelque chose dans le réservoir en 2022.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here