Des journalistes du secteur public protestent contre le projet de Macron de mettre fin à la taxe sur les médias par crainte d’indépendance

Publié le:

Certains programmes de FRANCE 24 seront suspendus mardi en raison d’une grève dans le secteur de la télévision publique française contre le projet du président Emmanuel Macron de supprimer la redevance télévisuelle et de financer les diffuseurs de médias publics par la fiscalité générale. Les syndicats des médias affirment que la proposition de Macron portera atteinte à l’indépendance des médias de service public et pourrait entraîner des coupes budgétaires.

Les syndicats des radiodiffuseurs publics français, dont France Médias Monde, propriétaire de FRANCE 24, Radio France International et la radio arabe MCD, ont appelé à une journée de grève pour le 28 juin. Nous nous excusons pour l’interruption de la programmation.

Macron a promis de supprimer la taxe sur les médias (dite « contribution à l’audiovisuel public»), qui finance des programmes télévisés, radiophoniques et en ligne, lors de sa campagne de réélection. La redevance annuelle de 138 euros – payée par les 23 millions de foyers possédant une télévision en France métropolitaine – rapporte plus de 3 milliards d’euros par an à France Médias Monde, France Télévisions, Radio France, Arte-France et l’INA (Institut national de ‘audiovisuel).

Dans un communiqué commun, les syndicats de journalistes critiqué les plans, affirmant qu’ils « menacent l’existence même de la radiodiffusion publique ». En l’absence d’une source limitée de revenus, les médias de service public deviendront « plus précaires » et soumis à des « pressions politiques ».

Les syndicats ont poursuivi en affirmant que « les citoyens n’ont plus jamais eu besoin d’informations indépendantes », y compris l’accès à des offres culturelles variées et diversifiées.

READ  Romelu Lukaku ratera la qualification pour la Coupe du monde belge contre le Pays de Galles après une épidémie de coronavirus à l'Inter | Actualités du football

La France « doit disposer d’un service de médias audiovisuels indépendant et financé par l’État à la mesure des problèmes et des défis auxquels nous sommes confrontés ». UN pétition en ligne il a précisé que pour assurer « l’indépendance » du radiodiffuseur public, son budget « ne peut être décidé par le gouvernement et soumis aux caprices d’un vote » sur les budgets annuels.

Selon un rapport par Julia Cagé, économiste des médias, 13 des 27 États membres de l’Union européenne continuent d’imposer des taxes sur les médias, dont la France, l’Allemagne, l’Autriche, la Grèce, l’Italie et le Portugal.

« A une époque où les fausses nouvelles prolifèrent et où l’inflation ronge les budgets, il est essentiel d’assurer la transparence du financement et l’équité de la distribution, comme de nombreux pays nordiques ont pu le faire au cours de la dernière décennie », a-t-il ajouté. Cage a écrit.

Le taux moyen français est loin d’être le plus élevé. En Allemagne, elle s’élève à 210 euros par an et tous les ménages paient la taxe sur la base que, même sans télévision, les gens peuvent toujours lire les informations des radiodiffuseurs publics et écouter des podcasts radio en ligne.

La BBC est financée par une taxe de 159 £ (190 €) sur tous les foyers britanniques qui possèdent une télévision. Cependant, le gouvernement de Boris Johnson prévoit de supprimer la redevance d’ici 2027, bien que la manière alternative de financer la BBC ne soit toujours pas claire. Westminster envisage plusieurs idées, allant de l’autorisation de la publicité sur les chaînes de la BBC à en faire, en fait, un service de streaming comme Netflix ou Amazon Prime.

READ  Enquête OGAE 2021: la Belgique donne 12 points à Malte

Le ministre des Finances Bruno Le Maire et le ministre des Comptes publics Gabriel Attal ont présenté la proposition au cabinet à la mi-mai, un mois après que Macron a obtenu son deuxième mandat de cinq ans à l’Elysée. La redevance sera « abolie pour toujours » cette année, ont-ils déclaré, ajoutant que le gouvernement « continuera à garantir le pluralisme et l’indépendance des médias » grâce à un financement par la fiscalité générale.

Le projet de loi sur la suppression de la redevance devrait être présenté au parlement en juillet.

La manifestation commence à midi, avec des journalistes en grève défilant de la tour Montparnasse à l’Assemblée nationale dans le centre de la capitale française.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here