Diminution de la part des voitures de société belges à moteur diesel

Crédit : Ruffa Jan Reyes / Unsplash

Depuis l’année dernière, le nombre de voitures de société à moteur diesel en Belgique a diminué de 10 %, alors qu’au cours des six dernières années, il y a eu une forte baisse de 40 %.

Cette tendance à la baisse reflète le fait que la mise en place d’une loi soumettant les voitures de société à des réglementations environnementales plus strictes approche.

« La part des voitures diesel continuera de baisser, tout comme celle des voitures à essence car d’ici 2026, la nouvelle législation sur la déductibilité des voitures de société imposera zéro émission comme exigence pour les voitures déductibles à 100% », selon Wim Demey, directeur L’intelligence client par Partena Professional.

« Cela encouragera de nombreux employeurs à opter exclusivement pour des voitures plus vertes », a-t-il ajouté.

Une étude récente a révélé que 23% des salariés en Belgique disposent d’une voiture de société pour se rendre au travail – selon Partena Professional, il existe un peu moins d’un million de voitures de société en Belgique – tandis que 51% se déplacent avec leur propre véhicule.

Nouvelles connexes

Un peu plus d’une voiture de société sur deux (54,41 %) en Belgique était équipée d’un moteur diesel cette année, contre 95 % en 2015.

Dans le même temps, la part des voitures dites « écologiques » (électriques, hybrides/essence et hybrides/diesel) dans le parc automobile de société a quasiment doublé passant de 9,25 % à 16,07 %, une tendance qui se poursuit, selon les dernières Les données.

Concrètement, les voitures hybrides/essence sont celles qui sont devenues les plus populaires et sont désormais 20 fois plus représentées qu’en 2015.

READ  Rugby des clubs professionnels européens | La Bourse de Penaud tente le doublé alors que la France bat le Japon

« La demande de voitures hybrides de la part des employeurs augmente plus rapidement que celle de voitures 100 % électriques, bien que cela augmente également de manière significative », a déclaré Demey.

Suite au changement des règles de compatibilité environnementale pour une voiture, 12% des PME ont déclaré qu’elles offriraient des voitures plus petites, mais moins de 4% ont déclaré qu’elles cesseraient complètement de fournir des voitures de société d’ici 2025. De même, c’est une minorité qui a l’intention de promouvoir les vélos de société. et transports en commun.

Selon Demey, l’intérêt pour les voitures de société dans son ensemble a diminué. « Nous avons enregistré 16% de nouvelles inscriptions en moins en 2020 qu’en 2019. Cette baisse se poursuivra sans aucun doute en 2021 car la crise des coronavirus a mis les entreprises en grand danger », a-t-il déclaré.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here