Disney+ se rapproche d’un accord avec les groupes de télévision français

Après avoir choisi de faire l’impasse sur la sortie en salle française avec son dernier film d’animation « Strange World », Disney+ se rapproche d’un accord avec les groupes de télévision français sur leurs fenêtres respectives.

Disney + avait décidé de diffuser « Strange World » directement sur son service en France pour protester contre les règles strictes de fenêtrage du pays, qui ne s’appliquent qu’aux films projetés dans les salles pour la première fois. En France, le fenêtrage n’est pas une affaire contractuelle comme dans la plupart des autres pays ; elle est réglementée par un décret qui fixe des fenêtres exclusives pour chaque plate-forme de distribution, en commençant par les cinémas, puis la télévision payante et la VOD transactionnelle et les chaînes gratuites, jusqu’à la SVOD.

Les directives du début de 2022 fixent la fenêtre des services d’abonnement comme Disney + à 17 mois après leur sortie en salles en France. Ils sont moins restrictifs que la fenêtre précédente, qui obligeait les consommateurs à attendre trois ans après le lancement en salles. Mais les streamers disent que ce n’est pas une concession suffisante, puisque les nouvelles directives ne s’appliquent qu’aux films produits en interne ou par des filiales dans le cas de Disney avec des films Disney/Pixar et Marvel et d’Amazon avec des titres MGM comme les films James Bond. .

Le tollé de Disney a été déclenché par une exigence française selon laquelle les services de streaming retirent temporairement leurs films de leurs plateformes cinq mois après le début de la diffusion, afin que les chaînes gratuites, telles que TF1, France Télévisions et M6, puissent avoir leur propre fenêtre exclusive qui commence 22 mois après qu’un film est sorti en salles et dure 14 mois.

READ  Netflix lance un nouveau documentaire sur les coulisses du football

Un amendement aux règles de fenêtrage pour les films produits à domicile à partir de services de streaming avec un budget supérieur à 25 millions de dollars est actuellement en cours de négociation. S’il est approuvé par toutes les parties, le changement permettra à des services comme Disney + et Amazon de prolonger la durée de leur fenêtre SVOD de deux mois, jusqu’à 22 mois après une sortie en salles. De plus, au lieu de devoir retirer ces films de leurs services pendant toute leur fenêtre de diffusion gratuite, les plateformes ne seront tenues de les retirer que pendant 60 jours à compter de leur premier jour de diffusion sur les chaînes gratuites.

« Nous sommes presque parvenus à un compromis avec ces services, mais nous mettons tout en œuvre », a déclaré une source proche d’un des groupes de télévision gratuite français.

Toutes les autres parties, comme le groupe de télévision payante Canal+, devraient approuver le nouvel amendement.

L’enseigne de Vivendi, qui a investi 680 millions de dollars dans des films locaux jusqu’en 2024 pour bénéficier d’un accès à de nouveaux films six mois après leur sortie, a déjà protesté contre la perspective de telles modifications des règles actuelles.

Quant aux autres règles de fenêtrage, elles devraient durer au moins un an, même si Netflix espérait des changements au début de 2023. Netflix, qui investit environ 40 millions de dollars dans les films, bien plus que les autres plateformes, doit encore attendre 15 ans. mois en France pour les films sortis en salles en streaming. Plusieurs réunions clés auront lieu en janvier pour discuter de ces problèmes de fenêtrage brûlants.

READ  Capo Jumbo-Visma : la série Netflix Tour de France est un "must" pour l'essor du cyclisme

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here