UNE ANALYSE – L’actuel président veut réduire la marge de manœuvre diplomatique de son successeur Joe Biden.

Donald Trump lors d'une visite surprise de Thanksgiving dans une base américaine en Afghanistan le 19 novembre 2019. Le président sortant a nommé plusieurs loyalistes du Pentagone en faveur d'un retrait total des troupes de ce pays.
Donald Trump lors d’une visite surprise de Thanksgiving dans une base américaine en Afghanistan le 19 novembre 2019. Le président sortant a nommé plusieurs loyalistes du Pentagone en faveur d’un retrait total des troupes de ce pays. OLIVIER DOULIERY / AFP

C’était la peur des diplomates et militaires français avant les élections. Un mauvais perdant Donald Trump pour Joe Biden, qui aurait utilisé ses soixante-dix derniers jours à la Maison Blanche pour pratiquer la politique de la terre brûlée et réduire la marge de manœuvre diplomatique de son successeur. Ce scénario dangereux, qui apporte encore plus de chaos dans un monde déjà en équilibre instable, est en cours de réalisation.

Aux États-Unis, le président sortant pendant cette période de transition s’appelle “Canard boiteux”, le “canard boiteux”. Avec Donald Trump, il serait plutôt un canard décapité courant à toute vitesse et dans tous les sens pour profiter des dernières secondes qu’il lui reste. L’administration actuelle a annoncé que les troupes américaines seraient réduites de 2 500 soldats en Afghanistan et en Irak d’ici le 15 janvier 2021. Si la décision est prise, il ne restera que 2 500 soldats américains. dans chacun de ces deux pays. Elle

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Abonnement: 1 € le premier mois

Il peut être annulé à tout moment