Soprano, Patrick Fiori, Jenifer et Kendji Girac sont les coachs de la septième saison de The Voice Kids. – Thomas BRAULT / ITV / TF1

Pour voir un enfant attraper le vent dans les auditions à l’aveugle de La voix des enfants, n’est pas le moment le plus agréable d’un samedi soir passé devant
TF1. Mais c’est la règle du télé-crochet: les entraîneurs ne rendent la chaise que lorsque la performance d’un candidat les intéresse. Ce spectacle n’est pas L’école des fans où tout le monde repart avec un 10/10 et une vitrine de jouets même après avoir transformé une chanson d’Hervé Vilard en bouffée douloureusement audible. À la fin de la journée, il n’y aura qu’un seul gagnant.

Du point de vue du spectateur, il est parfois déchirant de voir des pitchounes ressentir le pincement. Comme quand, cette saison, Kayla, une américano-canadienne d’une mignonne absolue depuis ses 8 ans, n’a pas convaincu avec sa reprise de Chanter sous la pluie. Pendant qu’elle faisait – excusez la petite – des claquettes.
Jenifer, Soprano,
Kendji Girac et Patrick Fiori est allé la rejoindre pour la consoler. Ils lui ont parlé des lumières de Broadway et son visage s’est éclairé.

Kendji a “peur de les offenser”

Samedi, Amélya, 9 ans, n’avait plus de succès avec son portrait de Ce n’était qu’un rêve. Jenifer lui a dit qu’elle avait une belle voix, mais a remarqué “un problème avec ses articulations”. Kendji a diagnostiqué la cause: «Je pense que c’est parce que ses dents n’ont pas encore repoussé. La petite fille sourit alors, ses gencives dépassant, imaginant peut-être tenter sa chance à nouveau l’année prochaine avec quelques canines et incisives supplémentaires. Et Soprano conclut, invitant le public à applaudir: «Regardez comme le public vous aime! Un atterrissage en douceur pour un exercice doux.

«C’est stressant de dire à un enfant ce qu’il n’a pas bien fait lorsqu’il est devant un public et, peut-être, devant ses entraîneurs préférés. Nous avons peur de les offenser », confiait Kendji en juillet, lors de la présentation de l’émission à la presse. Son credo: «Dites la vérité avec tendresse. Cela fait un peu mal au cœur mais les rend plus forts. Cela pourrait les aider plus tard. “Patrick Fiori sur la guérison:” Vous ne dites pas à un enfant: “Bye, bye!”. C’est rare, mais il nous manque peut-être les mots pour les accompagner. En règle générale, lorsque l’un ou l’autre ne trouve pas les mots, vous pouvez vous fier aux autres. Si nous avons un peu d’indélicité, prenez quelque chose avec les autres coachs pour que la bienveillance reste le mot d’ordre. “

Valérie Roumanoff, hypnothérapeute et auteur de Histoires magiques du soir (Premières éditions), note que les coachs “sont plutôt sympas”. “Nous n’avons pas à considérer leur jugement comme définitif et absolu”, explique-t-il. 20 minutes soulignant qu’aucun d’entre eux n’a cette prétention.

“Dramatiser”

Pour elle, la question n’est pas tant la déception des enfants que celle de leurs parents: «S’ils considèrent que le jeu est important pour la réussite de l’enfant, ce dernier peut avoir l’impression de trahir les espérances qui ont été placées en lui. Même si les choses ne sont pas verbalisées, cela peut être inconscient et l’enfant l’entendra. “Au contraire, s’ils présentent le télé-crochet à leur progéniture” une expérience amusante qui peut leur apprendre des trucs, cela leur permettra de prendre les choses à la légère. Il faut minimiser le drame: c’est une aventure à affronter comme un plaisir, que ce soit d’être à la télévision ou d’avoir l’opportunité de montrer ce que l’on sait faire “, dit Valérie Roumanoff. Soprano, en conférence de presse, n’a pas dit autre: «Il faut remettre les choses à leur place. Ce sont des enfants, ils viennent, ils s’amusent, ils sont heureux. “

Donc, si vous envisagez de courir pour votre tête de série en tant que chanteur ou chanteur, ne leur mettez pas de pression inutile et préparez-les à d’éventuelles déceptions. «Quand vous avez 8 ou même 16 ans, vous avez beaucoup de temps devant vous pour savoir ce que vous voulez faire de votre vie. Ils auront d’autres opportunités, poursuit l’hypnothérapeute. S’ils pensent que c’est la seule possibilité dans leur vie, cela affectera forcément leurs émotions. Et pas pour le mieux.

Cependant, la plupart d’entre eux sont très philosophiques même s’ils sont encore en quatrième année. «Voir que les enfants étaient bien mieux préparés que moi pour tous les résultats possibles m’a calmé. En entendant les petits dire, quand personne ne s’est retourné: “Je suis content, merci de m’écouter”, j’ai réalisé qu’il n’y avait pas de drame “, Amel Bent a glissé il y a deux ans à 20 minutes, alors qu’il était l’entraîneur de la saison 5 de La voix des enfants. Être sur le plateau du spectacle est déjà, pour eux, une victoire en soi et la promesse de pouvoir se produire pendant la récréation.

READ  écrit une lettre coupante à Cyril Hanouna et à sa clique