Alors que les salles de sport, bars et restaurants devraient fermer à Marseille en raison de la situation sanitaire, le stade Vélodrome restera ce soir pour apporter un peu de joie aux Marseillais. Et encore une fois, notre Vél ‘presque vide est très triste. Bien que la capacité maximale de 1000 spectateurs ait été maintenue, ayant demandé à l’OM une dérogation pour éviter la fermeture totale des portes, cela ne change pas grand-chose, ni les chansons enregistrées mises en place par le club. “Il y a un effet étrange dans le stade, c’est un peu mort, admet Morgan Sanson. En temps normal, on sent que ça repousse, on est plus intéressés et impliqués. Tant que nous y sommes, l’absence du public pèse sur nous tandis que l’adversaire en profite. “

La cuvée Vélodrome 2020 est inquiétante

Pour ne pas ajouter de tristesse, les Olympiens seraient donc bien inspirés de montrer enfin un autre visage chez eux, car depuis le début de 2020 c’est un vrai syndrome qui s’y est insinué. L’OM a disputé six matches à domicile et n’en a remporté qu’un, péniblement contre Toulouse (1-0) début février. A part ça, il y a eu des nuls moyens (OM 0-0 Angers en janvier, OM 2-2 Amiens en mars puis tout récemment OM 1-1 Lille) ainsi que deux défaites (contre Nantes 1-3 fin février et la semaine dernière contre St Etienne 0-2). Bien que André Villas-Boas est convaincu que “Sans le soutien de la foule locale, vous perdez une partie du facteur maison dans la domination et les résultats, c’est statistiquement prouvé”, l’excuse de l’absence du public n’est pas entièrement valable, car c’est avant tout que son équipe est incapable (plus?) d’imposer son jeu si efficace à l’extérieur à domicile. “Nous nous posons des questions, les adversaires sont désormais capables de nous déjouer, reconnaît Sanson. Les équipes viennent nous presser car on prend moins de profondeur. Il nous a mis en difficulté, mais nous saurons comment y répondre. “

Metz, pas comme St Etienne et Lille?

Ce soir devant les Olympiens, il y aura une équipe de Metz qui a déjà fait deux déplacements chez les plus grands (à Lille et au Parc) alors qu’ils viennent très près d’arracher le 0-0 pour finalement céder aux dernières minutes à chaque fois. Les Messins, revigorés par leur première victoire de la saison le week-end dernier contre Reims (2-1), peuvent poser des problèmes aux Olympiens comme ils l’ont fait la saison dernière lors du match aller en décembre à Saint-Symphorien (nul 1-1, avec Pelé arrête un penalty). Mais à partir de là pour imaginer les joueurs de Vincent Hognon jouer comme les Stéphanois et les Lillois, c’est non, mais ils peuvent résister comme ils l’ont fait à Lille et à Paris. Il n’est donc pas important que les hommes de Villas-Boas commencent à douter pendant le match: c’est à eux de prouver que les deux mauvaises performances contre St Etienne et Lille n’étaient que des accidents en début de terrain.

READ  avec Benzema, «une sorte de gâchis», regrette Giroud