En Belgique, les employés du gouvernement n’ont plus à répondre aux mails du patron après les heures de travail

Depuis mardi, des milliers de fonctionnaires fédéraux en Belgique n’ont plus à répondre aux appels ou aux e-mails de leurs patrons en dehors des heures de travail.

C’est grâce à une nouvelle loi qui accorde à quelque 65 000 fonctionnaires le « droit à la déconnexion » et, entre-temps, ajoute la Belgique à la liste croissante des pays européens qui prennent des mesures pour un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Petra De Sutter, la ministre belge de l’Administration publique, a déclaré dans une lettre que le droit à la déconnexion sera codifié dans la loi comme moyen de lutter contre « le stress professionnel excessif et l’épuisement professionnel » chez les fonctionnaires fédéraux, selon Le Brussels Times.

En vertu de la nouvelle règle, les fonctionnaires fédéraux ne peuvent être contactés en dehors des heures normales de bureau, sauf en cas de « circonstances exceptionnelles et imprévues nécessitant une action qui ne peut pas attendre la prochaine période de travail ».

Les syndicats et les managers peuvent prendre des dispositions claires pour définir ces circonstances, Fois ajoute-t-il, mais De Sutter a souligné que la famille, le repos et les vacances des travailleurs doivent être respectés.

La loi prévoit également que les travailleurs « ne doivent pas être désavantagés en ne répondant pas au téléphone ou en ne lisant pas les messages relatifs au travail en dehors des heures normales de travail ».

Il vise à remédier à la frontière de plus en plus floue entre le travail et la vie personnelle, en particulier avec tant de personnes travaillant à domicile pendant la pandémie et peut-être à l’avenir.

READ  L'interdiction de voyager en Belgique pourrait être levée avant le 1er avril, selon Di Rupo

Dans un enquête récente sur le travail à distance de BDO Belgique, 84 % des répondants – dont 40 % occupaient des postes de direction – ont déclaré vouloir travailler à domicile deux jours ou plus par semaine après la pandémie, citant un manque de déplacements et une productivité accrue. Mais De Sutter fait partie de ceux qui voient aussi un aspect négatif.

« L’ordinateur reste allumé, vous continuez à lire les e-mails que vous recevez sur votre smartphone », a déclaré De Sutter. « Pour mieux protéger les gens contre cela, nous leur donnons désormais le droit légal de se déconnecter. »

Il a déclaré que la mesure vise à protéger les droits fondamentaux des travailleurs, mais ne devrait pas être un obstacle au travail flexible si c’est ce qu’ils veulent. les rapports de la BBC.

Des règles similaires s’étendront-elles éventuellement aux travailleurs extérieurs au gouvernement ?

C’est ce qu’a déclaré Laurens Teerlinck, porte-parole du ministre fédéral belge du Travail Fois qu’un accord similaire est en cours pour le secteur privé avec plus d’informations qui seront disponibles plus tard ce mois-ci.

Le gouvernement fédéral belge envisage également une proposition visant à faire passer la semaine de quatre jours de 38 à 40 heures pour le personnel à temps plein. observe le Gardien. Cela signifierait des semaines de travail plus courtes et des journées de travail plus longues.

D’autres pays européens ont pris des mesures pour réduire l’épuisement professionnel et rétablir l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ces dernières années, ajoute-t-il.

Volkswagen a interdit à ses employés allemands d’accéder aux e-mails après les heures de travail il y a une décennieEt La France a promulgué une loi en 2017 obligeant les entreprises de plus de 50 employés à désigner des heures pendant lesquelles les travailleurs ne doivent pas envoyer ou recevoir d’e-mails.

READ  Dramatique alors que la Serbie fait couler la Belgique pour organiser une répétition de la finale 2015 avec la France - FIBA ​​​​Women's EuroBasket 2021

L’année dernière, le Portugal a adopté une loi interdisant aux patrons d’envoyer des messages aux employés après leur signature. Comme, comment NPR signalé à l’époque, les employeurs qui enfreignaient la loi pouvaient être passibles de sanctions financières, comme devoir payer les factures de gaz ou d’électricité des travailleurs.


Cette histoire est apparue à l’origine sur la Édition du matin blog en direct.

Droits d’auteur 2022 NPR. Pour en savoir plus, visitez https://www.npr.org.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here