Samia Ghali dénonce «l’hypocrisie» des mesures annoncées à Marseille

Les mesures anti-Covid annoncées par le préfet de région sont loin de faire l’unanimité à Marseille. Invitée de BFMTV, la deuxième assistante Samia Ghali a notamment dénoncé la fermeture imposée aux bars et restaurants à partir de 23 heures tous les soirs.

“Cela mettra Marseille en difficulté économique car quand on demande aux bars et restaurants de fermer à 23 heures, il est clair qu’ils ne pourront pas fournir divers services (…) et cela mettra en péril leur établissement”, a-t-il dénoncé. «Ils ont déjà vécu un premier confinement, nous revivons un deuxième confinement économique».

«Les jeunes se retrouveront dans des lieux privés où ils pourront continuer à être ensemble pour que rien ne change», a-t-il poursuivi.

«Les bus à Marseille sont bondés, les gens sont collés les uns aux autres, ce n’est pas un problème. Quand tu vas au bar où ils te mettent à distance, c’est un problème. C’est une hypocrisie totale, c’est l’effet de l’annonce. “Regardez, nous avons fait des choses” (…) c’est ridicule “.

Imposer le masque partout à Marseille: “Une façon d’être plus pédagogique”, selon un médecin

Pourquoi imposer l’usage de masques partout à Marseille? “La situation est suffisamment alarmante pour envisager de nouvelles mesures”, a déclaré le préfet de région Christophe Mirmand avant les annonces.

«Porter un masque partout est sans aucun doute un moyen de vérifier qu’il est porté partout à l’intérieur et sans aucun doute un moyen d’être plus pédagogique, plus simple», estime ce matin Martin Blachier, médecin de santé publique et épidémiologiste sur BFMTV.

Le port du masque était déjà obligatoire dans les sept premiers des 16 arrondissements de la deuxième plus grande ville de France, et ce depuis le 15 août. Une première mesure de ce type, le 8 août, avait imposé l’utilisation d’un masque dans certains quartiers de la ville de Marseille, notamment autour du Vieux-Port.

READ  La Turquie a découvert "le plus grand" champ de gaz naturel "de son histoire" dans la mer Noire, selon Erdogan

Mais «si l’épidémie progresse à Marseille, c’est parce qu’il y a des endroits où le masque n’est pas porté, notamment à l’intérieur», ajoute Martin Blachier. “Ce qui est très important pour Marseille, c’est d’enquêter et de voir quels sont les endroits fermés où le masque n’est pas porté”.

Dans un éditorial, “La Provence” dénonce “une ambiance trop anxieuse face au virus”

“Les bars et restaurants ferment à 23h!”, “Masque obligatoire partout à Marseille!” … Sans surprise, les mesures annoncées hier par le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur font la une des journaux Provence ce matin.

La Une de “La Provence”, 26 août 2020. © “La Provence”

Dans son éditorial, le journal marseillais dénonce un “marre”. “Vous n’avez peut-être pas Covid-19 mais vous finirez sûrement par être hypocondriaque sinon psychologiquement affaibli. Et il y en a assez!”, Écrit le journaliste Philippe Schmit dans ce texte.

“La pression sur les esprits devient déraisonnable. Les discours alarmistes qui l’entourent provoquent une ruée vers les centres de projection de la ville de Focea. (…) L’atmosphère devient trop effrayante.”

Les mesures mises en œuvre à Marseille et dans le département ont été décidées face à la forte accélération de l’épidémie de coronavirus dans les Bouches-du-Rhône, avec un taux d’incidence de 177 pour 100000 dans la deuxième ville de France et de 131 pour 100000 dans le département. , contre environ 33 pour 100 000 de la moyenne nationale.

Gabriel Attal: “Le moment est venu de se mobiliser pour assurer le bon déroulement de l’année scolaire”

Lors du Conseil de la défense d’hier, la question des délais de test a été soulevée, dit-il Le Figaro dans l’édition d’aujourd’hui. Dans certains endroits particulièrement touchés, comme Marseille, l’examen prend parfois jusqu’à 6 heures et les résultats peuvent être retardés.

READ  Météo de la semaine prochaine: après l'automne, l'été revient!

“La France est devenue l’un des pays où elle se met à l’épreuve, par rapport au nombre d’habitants”, déclare Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, au journal. “Le moment est venu de se mobiliser pour assurer le bon déroulement de l’année scolaire”, a-t-il également commenté.

Macron a promis “des règles claires partout”

Après le Conseil pour la défense de la santé organisé hier, Emmanuel Macron a promis que «partout» en France des «règles claires» seront établies pour faire face à la reprise de l’épidémie.

“Priorité sanitaire”, a déclaré le chef de l’Etat dans un tweet. “Ce matin j’ai rencontré un conseil de défense pour organiser la rentrée scolaire dans les meilleures conditions possibles au regard de l’évolution de l’épidémie. Ecole, travail, lieux publics: des règles claires partout pour permettre à chacun de reprendre confiance”, a-t-il ajouté.

Une conférence de presse est prévue demain

Après le discours de ce matin, Jean Castex sera de nouveau en première ligne demain, lors d’une conférence de presse consacrée à la reprise de l’épidémie. L’événement devrait commencer à 10h30 à l’Hôtel de Matignon.

Le Premier ministre sera entouré des ministres de la Santé, Olivier Véran, et de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, pour cet exercice qui doit commencer par une présentation avant questions-réponses avec des journalistes, sur le modèle du format adopté par son prédécesseur. , Édouard Philippe, en avril et mai.

Jean Castex parle ce matin

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau live dédié à l’évolution de l’épidémie de coronavirus. Au lendemain du Conseil de Défense, l’exécutif poursuit son retour à l’école dédiée à la situation sanitaire: devant le Conseil des ministres en milieu de matinée, Jean Castex est invité de la matinée de France Inter à 8h15.

READ  Covid-19: deux fabricants de vaccins américains dévoilent les règles de leurs essais cliniques

Le premier ministre devrait détailler certaines des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre l’augmentation du nombre de contaminations. A commencer notamment par la décision, contestée par certains opposants, de ne pas fournir de masques gratuits aux élèves pour la rentrée scolaire, sauf pour les plus précaires.