C’EST DIRECT

L’épidémie de coronavirus il continue de prendre de l’ampleur dans tout le pays et la pression sur l’exécutif augmente. Bien que neuf villes se trouvent désormais dans la zone d’alerte élevée, Emmanuel Macron devrait prendre la parole mercredi après un nouveau conseil de défense alors que le gouvernement agite la menace de nouvelles restrictions. Alors que les élections départementales auront lieu fin mars, sept départements demandent leur report. Suivez l’évolution de la situation en direct.

Les principales informations à retenir:

  • Le nombre de personnes infectées continue d’augmenter en France
  • Sept départements demandent le report des élections départementales
  • L’Union européenne adopte des critères communs pour les restrictions de voyage

En France, les indicateurs continuent de se dégrader

Les indicateurs épidémiques continuent de se détériorer: près d’une centaine de décès ont été enregistrés en 24 heures en France, le nombre de patients en réanimation a dépassé le seuil des 1500, selon les données publiées lundi par Santé publique France.

Au cours des dernières 24 heures, 96 personnes sont mortes de Covid, portant le nombre de morts à au moins 32 825. Dans le même temps, le nombre de patients admis en réanimation, les cas les plus graves, a continué d’augmenter à 1 539 personnes, soit 56 de plus que la veille, le plus élevé depuis mai. Les nouvelles admissions aux USI ont également augmenté, avec 171 patients admis lundi, 98 de plus que la veille. Les séjours à l’hôpital ne cessent d’augmenter (8 671 au total, dont 976 nouvelles hospitalisations enregistrées au cours des dernières 24 heures).

Quant aux tests, au cours des dernières 24 heures environ 8 505 nouveaux cas de contamination ont été détectés, loin des records de ces jours, avec près de 27 000 cas enregistrés samedi. Cependant, le chiffre du lundi n’est pas représentatif en raison de la fermeture des ateliers le week-end.

Bars, restaurants, couvre-feux … ce que Macron pourrait annoncer

Face à la résurgence de l’épidémie, le gouvernement continue de hausser le ton. Lundi, le Premier ministre Jean Castex a déclaré que la France était “dans une deuxième vague forte” et n’a pas exclu des reconfirmations localisées. De son côté, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, lui a dit qu ‘”il pourrait y avoir des mesures supplémentaires”. Nous expliquons dans cet article pourquoi la semaine est décisive pour l’exécutif.

READ  Romain Bardet se rend après sa chute

De nouvelles indications peuvent être fournies par Emmanuel Macron lui-même. Mercredi, en effet, le président de la République prendra la parole lors d’un entretien avec TF1 et France 2. Selon les informations d’Europe 1, parmi les options étudiées on trouve la fermeture complète des bars et restaurants ou des restrictions de kilométrage. D’autres membres du Conseil de la défense demandent un couvre-feu à Paris. Plus de détails dans cet article.

Toulouse et Montpellier se dirigent vers la zone d’alerte maximale

Toulouse et Montpellier passent mardi en zone d’alerte maximale, synonyme d’un taux d’occupation des lits de soins intensifs de 30% et qui se traduit par la fermeture de bars, de salles de sport et d’un accueil limité dans les restaurants.

Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Lille, Paris, Aix-Marseille, ainsi que le département de la Guadeloupe, sont déjà dans la zone d’alerte maximale.

7 départements demandent un report de 3 mois des élections

Sept départements, pour la plupart de la région du Grand Est, ont appelé mardi à ce que les élections départementales prévues fin mars soient reportées de trois mois afin qu’elles n’interfèrent pas dans la gestion de la crise sanitaire et le plan de relance. «Nous travaillons sur la crise sanitaire, car nos citoyens aujourd’hui ne veulent pas nous entendre parler de la campagne électorale», a déclaré à l’AFP le président (LR) d’Alta Marne, Nicolas Lacroix, à l’initiative d’un forum destiné au journal. Le Figaropar sept présidents.

Les six autres signataires de cette demande de report des élections départementales sont Noël Bourgeois (Ardennes, LR), Frédéric Bierry (Haut-Rhin, LR), Claude Léonard (Meuse, LR), Jean-François Gaillard (Aveyron, UDI), Marc Gaudet (Loiret, UDI) et Bertrand Bellanger (Seine-Maritime, LREM).

12% des salariés considèrent leur état de santé “dégradé” depuis la naissance

L’état de santé des salariés du privé français s’est dégradé depuis le début de l’hospitalisation, ils estiment à 12% d’entre eux, interrogés dans le cadre d’une enquête Ifop réalisée pour Malakoff Humanis du 19 juin au 15 juillet et publiée mardi. Selon cette étude, 45% des répondants se sentent «plus fatigués physiquement et psychologiquement» qu’avant le début de la crise sanitaire.

READ  Canal: plusieurs bâtiments en feu, un homme retrouvé pendu par les secours

«Si 82% des salariés sont en bonne santé, 12% estiment que leur santé s’est dégradée», a déclaré à l’AFP Anne-Sophie Godon, directrice de l’innovation chez Malakoff Humanis. Parmi eux, 21% sont dépendants de maladies chroniques. Plus d’un quart des salariés (28%) estiment également que leur qualité de vie au travail s’est dégradée après la crise, 40% que leur rythme de travail s’est accéléré (contre 22% qui estiment qu’il s’est ralenti). 18% d’entre eux estiment qu’ils font un travail «moins significatif pour eux».

Opérations d’escargots par les propriétaires de boîtes de nuit dans différentes villes

Mardi, dans plusieurs grandes villes comme Rennes, Marseille ou Lyon, des propriétaires de boîtes de nuit ont mené des opérations avec des escargots pour protester contre la fermeture de leurs locaux. A Rennes l’opération a rassemblé «52 véhicules et 80 personnes» sur le périphérique, selon des policiers qui ont fait état de «bouchons monstrueux». À partir de 7h30, l’opération était toujours en cours peu après 10h00, mais avec un petit nombre de véhicules. Selon lui, les chefs d’établissement de Normandie et de Bretagne ont rejoint le mouvement.

Même à Lyon, selon le collectif Angry Discothèques sur Facebook, des managers ont lancé une opération d’escargots sur le périphérique de la ville. De nombreux ralentissements sont en cours mardi matin à l’entrée de la ville et sur le périphérique nord en direction de Grenoble et Genève. Dans les Bouches-du-Rhône, les propriétaires de boîtes de nuit ont considérablement ralenti la circulation sur l’autoroute A51 entre Aix-en-Provence et Marseille à l’appel d’un «Collectif de clubs en colère Paca et Corse».

READ  Les notes des Lyonnais: Aouar des grands soirs, l'arme fatale Cornet - Ligue des champions

L’Union européenne adopte des critères communs pour les restrictions de voyage

Les ministres des affaires européennes ont adopté des critères communs pour coordonner les restrictions de voyage dans l’UE. Lors d’une réunion à Luxembourg, les ministres ont approuvé une recommandation non contraignante établissant une cartographie commune pour définir les zones à risque au sein de l’UE. Plusieurs pays se sont cependant abstenus, dont le Luxembourg.

Trump a été testé négatif

Cela a été annoncé lundi par le médecin de la Maison Blanche Sean Conley Donald Trump avait été testé négatif pour Covid-19 “plusieurs jours de suite” à l’aide d’un test rapide. Privé de voyages depuis dix jours depuis Covid-19, le président américain a retrouvé la campagne électorale en Floride, s’assurant qu’il est en “bonne forme” 22 jours avant les élections qui vont s’opposer à Joe Biden. Lire le reportage du correspondant d’Europe 1 aux Etats-Unis ici.

Un cinquième cas de réinfection aux États-Unis

Un Américain a attrapé Covid-19 deux fois à moins d’un mois et demi d’intervalle, et la deuxième infection était plus grave que la première, selon une étude publiée mardi dans la revue médicale. Maladies infectieuses de Lancet, qui détaille ce cas de réinfection, l’un des cinq recensés à ce jour dans le monde.

Selon ce journal médical, cinq cas ont été confirmés à ce jour: à Hong Kong (c’était le premier, annoncé le 24 août), en Belgique, aux Pays-Bas, en Équateur et dans l’État américain du Nevada (il fait l’objet de cette nouvelle étude).

Plus de 1,07 million de décès dans le monde

La pandémie a tué au moins 1 077 849 personnes dans le monde depuis fin décembre, selon un rapport établi lundi par l’AFP à partir de sources officielles. Plus de 37,5 millions de cas d’infection ont été diagnostiqués.

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 214 776 décès, suivis du Brésil (150 689), de l’Inde (109 150), du Mexique (83 781) et du Royaume-Uni (42 825).