Fans, fanatiques et investisseurs américains – L’influence de Palace grandit en Belgique – The Athletic

Sur une table dans l’angle du bureau de Thierry Dailly se trouve un classeur bombé. Il contient le plan d’avenir de Molenbeek qui, selon lui, pourrait fortement impliquer Crystal Palace.

Dailly, président de Molenbeek, s’exprime juste avant que son club ne batte ses invités Waasland-Beveren 2-1 au stade Edmonds Machtens au nord de Bruxelles, la capitale belge.

Ce match a peut-être eu l’allure d’un match à gros enjeux entre deux clubs détenus – indépendamment l’un de l’autre – par deux directeurs de Palace ; et si les choses avaient été différentes au cours des dernières semaines, cela aurait probablement été le cas.

Molenbeek, détenu à 80% par John Textor, qui détient également une participation de 40% dans Palace, terminera deuxième de la deuxième division belge de première division B, puis participera aux barrages contre Seraing, l’avant-dernier du classement. haut vol, pour déterminer qui fera partie des élites la saison prochaine. Beveren, propriété de Bolt Football Holdings de David Blitzer, est quatrième et passera une autre année à ce niveau.

Tout discours de rivalité est rejeté. Certaines personnes peuvent le vouloir, c’est la suggestion, mais il n’y a pas d’hostilité ici.

« Ce qu’ils (Molenbeek) ont été capables de faire pour garder l’équipe compétitive et ne pas perdre beaucoup d’argent, voire pas du tout, est assez impressionnant », déclare Antoine Gobin, PDG de Beveren. « Il y a toujours eu un respect mutuel. Je ne peux pas dire qu’il y a une rivalité. Les fans pourraient ne pas être d’accord, compte tenu d’une rivalité sportive historique, mais quels que soient leurs propriétaires, je m’en fous. »

READ  La Belgique envisage d'assouplir les règles de test pour les voyageurs britanniques

Les supporters continuent cependant d’échanger des insultes tout au long du match.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here