Photo d’icône de sport

Alors que le patron de Canal + a fait savoir qu’aucune folie ne serait faite pour racheter les droits de télévision de la Ligue 1, la partie LFP semble avoir opté pour Mediapro.

Maxime Saada a jeté un trottoir dans l’étang déclarant aux Echos que Canal + n’était pas disposé à compenser financièrement l’incapacité totale de Mediapro à réglementer les droits de télévision de la Ligue 1 et de la Ligue 2, qui forcément faire frissonner l’épine dorsale de la Football français. S’il est nécessaire de relativiser cette attitude brutale, comme il est évident que la chaîne brouillée ne pourra pas tirer une balle dans l’arrière des clubs tricolores dont elle diffuse déjà les matchs, la déclaration du patron de Canal + a fait du bruit. Dans les coulisses de la Ligue 1. Pour le moment, cependant, tout cela est lié à la conciliation demandée par Médiapro au tribunal de commerce de Nanterre. Jaume Roures lui a dit lors d’une conférence de presse la semaine dernière qu’il souhaitait que la Ligue de football professionnel s’assoie avec lui autour de la table et négocie un prix réduit pour la saison 2020-2021 en attendant des jours meilleurs.

Pour l’instant, la LFP reste totalement silencieuse face à cette prise d’otages par Mediapro et Téléfoot, la Ligue n’empêche pas la chaîne de diffuser les matchs de Ligue 1 et Ligue 2 qu’elle n’a pas payés. Mais selon Vincent Duluc, du côté de Vincent Labrune et de la Ligue de football professionnel, le sort de Mediapro n’est pas loin d’être résolu. ” D’après ce que je pense savoir et ce que j’ai entendu, la Ligue ne veut pas vraiment que le conciliateur se réconcilie. La LFP veut nettoyer, laisser les choses se déchaîner avec Mediapro et recommencer autre chose », Explique le journaliste de Le groupe qui est convaincu que la mission du conciliateur désigné par le tribunal de commerce ne débouchera pas sur un accord.

READ  France - Mbappé, Giroud, Griezmann: les Bleus cherchent la bonne formule en attaque