La Ligue de football professionnel a un contrat avec Mediapro où des garanties sont fournies. Mais l’entreprise qui devrait payer cette garantie ne répond pas aux injonctions.

Les dirigeants de la Ligue de football professionnel ont été largement critiqués pour ne prendre aucune garantie sauf en Chine lorsqu’ils ont signé le contrat qui permet à Mediapro d’acheter les droits de diffusion de la Ligue 1. Car si vous devez vous rendre à Pékin pour réclamer le jackpot, la Ligue de football professionnel a vite compris que les lois chinoises et françaises ne sont pas exactement identiques. Cependant, deuxième Le groupe, les services juridiques de la LFP ont effectivement en leur possession un ” liaison Datant de novembre 2018 et qui prévoit que la société Joye Media SL, basée en Espagne, pourrait payer les sommes dues à la Ligue en cas d’échec de Mediapro, comme c’est maintenant le cas.

Joye Media SL, dont le siège est à Madrid, appartient à Jaume Roures, qui a signé cette “garantie” qui permet à LFP de recevoir la totalité de la somme prévue pour chaque année dans le contrat, soit 780 millions par an jusqu’en 2024. Sur le papier, l’institution du football professionnel a donc un gros avantage, sauf que Joye Media SL doit désormais procéder à la caisse. Et jusqu’à présent, le club espagnol, dont le chiffre d’affaires est de 2 milliards d’euros par an, n’a pas répondu aux injonctions de la ligue de football professionnel. Chaque semaine qui passe rend l’atmosphère de plus en plus délétère, car entre-temps les clubs de Ligue 1 ne survivent que grâce aux prêts et aux 50 ME supplémentaires que les cadres de la LFP ont décidé de retirer de leur fonds pour ne pas sombrer. . Concrètement, Téléfoot continue de diffuser la Ligue 1 sans payer, ce que les abonnés ne sont pas encore autorisés à faire. Olé.

READ  OM: Questions obligatoires - Autour de l'OM