French Advocacy Org 50/50 dévoile la direction temporaire post-scandale

L’organisation féministe et militante française 50/50, touchée par un scandale d’agressions sexuelles et la démission de l’ensemble du conseil d’administration en avril, a dévoilé une nouvelle direction temporaire.

Pour les six prochains mois, l’organisation sera supervisée par Séraphine Angoula, Clémentine Charlemaine et Margaux Lorier, tandis que Laura Pertuy et Lahoucine Grimich co-dirigeront les secrétariats et Johanna Makabi et Raphaël Gribe Marquis seront responsables des finances.

La direction provisoire a été élue le 7 juillet par le nouveau conseil d’administration, lui-même voté par les membres 50/50 il y a un mois.

Dans un communiqué envoyé à tous les membres, l’organisation a indiqué qu’elle poursuivra ses principales missions : « améliorer la représentation des minorités à l’écran, éliminer les écarts salariaux et les inégalités d’accès au travail et lutter contre toutes sortes de violences et discriminations en les industries du cinéma et de la télévision ».

L’organisation estime également qu’il est « impensable que le président de l’Office national du film (CNC), Dominique Boutonnat, mis en examen pour agression sexuelle et tentative de viol, puisse être réélu président du CNC ».

Le mandat de trois ans de Boutonnat à la tête du CNC expirera à la fin du mois et il y a des rumeurs selon lesquelles il pourrait revenir pour un second mandat alors qu’il fait l’objet d’une enquête officielle depuis plus d’un an pour agression sexuelle présumée par son jeune de 22 ans. ancien filleul. Après 14 mois d’enquête, le parquet de Nanterre a récemment demandé que l’affaire Boutonnat soit portée devant un tribunal correctionnel.

En France, le président du CNC est nommé par le gouvernement et Boutonnat, connu pour être bien lié au président du pays Emmanuel Macron, a été autorisé à rester en fonction malgré ses troubles juridiques.

READ  Les sociétés derrière "The Lobster", "When Heroes Fly" forment une alliance, un accord avec Fremantle - The Hollywood Reporter

L’organisation 50/50 a déclaré qu’elle « fait confiance à la nouvelle ministre française de la culture Rima Abdul-Malak (qui est arrivée à Roselyne Bachelot en mai) pour proposer un autre candidat à la présidence ».

Le nouveau conseil d’administration comprend Angoula, Charlemaine, Flavia Cordey, Quentin Deleau Latournerie, Raphaël Gribe Marquis, Khir-Din Grid, Lahoucine Grimich, Sophie Lainé Diodovic, Lorier, Johanna Makabi, Sabine Pakora, Laura Pertuy, Mathieu Robinet et Olivier Saby.

En avril, l’organisation a été ébranlée par une plainte pour agression sexuelle contre l’un des principaux membres de l’organisation. Suite à la plainte, le prévenu a été placé en détention provisoire et les enquêtes préliminaires ont été menées par le parquet de Paris. Un juge a fixé une audience le 14 septembre devant le tribunal correctionnel.

La réorganisation de l’organisation française a fait écho à celle de Time’s Up aux États-Unis, qui a licencié la plupart de son personnel après des controverses sur son implication dans les allégations d’agression sexuelle d’Andrew Cuomo.

Auparavant appelé 5050 pour 2020, le groupe de défense a été créé lorsque le mouvement #MeToo a pris forme au lendemain du scandale Harvey Weinstein. Il a été une force motrice derrière l’engagement en faveur de l’égalité des sexes signé par le Festival de Cannes en 2018 et la plupart des autres grands festivals de cinéma internationaux à travers le monde.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here