Google fait face à une décision française sur un litige avec des groupes de médias

Le régulateur français de la concurrence a déclaré vendredi qu’il rendrait une décision mardi pour déterminer si Google négocie « de bonne foi » avec les éditeurs d’informations sur les paiements pour l’utilisation de leur contenu aux côtés des résultats de recherche.

La longue bataille juridique se concentre sur les allégations selon lesquelles le géant américain de l’Internet montrerait des articles, des images et des vidéos produits par des groupes de médias tout en consultant les résultats de recherche, sans compensation adéquate malgré le changement radical des revenus publicitaires en ligne.

En avril 2020, l’autorité française de la concurrence a ordonné à Google de négocier « de bonne foi » avec des groupes de médias après avoir refusé de se conformer à une nouvelle loi européenne régissant les droits d’auteur numériques.

Les « droits voisins » visent à garantir que les éditeurs d’informations soient récompensés lorsque leur travail est diffusé sur des sites Web, des moteurs de recherche et des plateformes de médias sociaux.

Lire la suite : Les États-Unis accusent Google de monopole sur le Play Store

Mais en septembre dernier, des éditeurs de presse dont l’Agence France-Presse (AFP) ont déposé une plainte auprès des régulateurs, affirmant que Google refusait de payer pour afficher du contenu dans les recherches sur le Web.

L’autorité de la concurrence se prononcera sur ce point avant de se prononcer définitivement d’ici la fin de l’année sur les allégations d’abus de pouvoir de monopole de Google dans les recherches d’actualités sur Internet.

Les organes de presse aux prises avec la diminution des abonnements imprimés ont longtemps été ébranlés par le refus de Google de leur donner une part des millions d’euros qu’il gagne grâce aux publicités affichées à côté des résultats de recherche d’actualités.

READ  La France collaborera avec les Emirats Arabes Unis sur des projets d'énergies renouvelables et d'hydrogène - ministre

Le géant américain rétorque qu’il encourage des millions de personnes à cliquer sur les sites médiatiques et a également beaucoup dépensé pour soutenir les groupes de médias par d’autres moyens, notamment par des financements d’urgence pendant la crise du Covid-19.

Parallèlement, Google a annoncé en novembre avoir signé « des accords individuels » sur le paiement des droits d’auteur avec des journaux et magazines français, dont les principaux journaux Le Monde et Le Figaro.

L’AFP n’a pas signé l’accord, mais son PDG Fabrice Fries s’est dit « optimiste » quant à l’amélioration des relations avec Google et d’autres géants de l’Internet comme Facebook et Apple.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here