Infographie: ce sont les principaux destinataires des envois de fonds dans le monde

  • Les flux mondiaux d’envois de fonds ont montré une plus grande résilience que prévu pendant le COVID-19, en particulier pour les pays à revenu faible et intermédiaire.
  • Les données de la Banque mondiale montrent que les envois de fonds mondiaux devraient s’élever à 702 milliards de dollars en 2020, contre 719 milliards de dollars en 2019.
  • L’Inde devrait avoir reçu le plus: 83,1 milliards de dollars.

Pendant la pandémie de COVID-19, les flux mondiaux d’envois de fonds se sont avérés plus résilients que prévu. Cela est particulièrement vrai des entrées vers les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Deuxième nouveau Données de la Banque mondiale, les envois de fonds mondiaux devraient s’élever à 702 milliards de dollars en 2020, contre 719 milliards de dollars en 2019 (-2,4%). Sur ce total, 540 milliards de dollars devraient avoir été acheminés vers les pays à revenu faible ou intermédiaire, contre 548 milliards de dollars (-1,6%).

Bien que l’afflux total des envois de fonds ait diminué, certains pays l’ont en fait augmenté de manière assez substantielle pendant la crise. Parmi ceux-ci se trouvent le Mexique, troisième plus grand destinataire des envois de fonds dans le monde, ainsi que l’Égypte, le Pakistan et le Bangladesh, aux numéros cinq, six et huit dans le monde. Parmi les pays en développement, l’Inde et les Philippines ont enregistré certaines des pertes les plus faibles en 2020 par rapport à 2019, à 0,2% et 0,7% respectivement.

La Banque centrale des Philippines plus tôt cette année, il avait estimé la diminution des envois de fonds dans le pays à 0,8%. Bien que les chiffres diffèrent légèrement, les données uniformément codées de la Banque mondiale permettent de comparer les envois de fonds entre les pays. Cette légère baisse est inhabituelle pour le quatrième plus grand bénéficiaire d’envois de fonds au monde: au cours de la dernière décennie, les envois de fonds vers les Philippines ont enregistré une augmentation annuelle d’environ 3 à 9 pour cent.

READ  L'agitation des cartes de crédit des banques et de la Fed frappe le point dur

Les pays développés sont également destinataires des envois de fonds, comme la présence de la France et de l’Allemagne dans le top 10 des émissions. Cependant, les envois de fonds sont généralement moins importants pour leurs économies. Les envois de fonds représentaient moins de 1% du PIB dans les deux pays européens, ainsi qu’en Chine, en 2020. Dans le reste du top 10, ce nombre variait de 3% à près de 10%, les parts les plus élevées étant le Pakistan ( 9,9%) et aux Philippines (9,6%).

Un an plus tard: revenons sur la manière dont les réseaux du Forum ont géré la réponse mondiale au COVID-19.

En utilisant une approche multipartite, le Forum et ses partenaires à travers sa plate-forme d’action COVID ont fourni d’innombrables solutions pour faire face à la pandémie COVID-19 dans le monde, tout en protégeant les vies et les moyens de subsistance.


En 2020, parallèlement au lancement de sa plateforme d’action COVID, le Forum et ses partenaires ont lancé plus de 40 initiatives en réponse à la pandémie.

Le travail continue. Par exemple, la COVID Response Alliance for Social Entrepreneurs soutient 90 000 entrepreneurs sociaux, touchant 1,4 milliard de personnes, travaillant pour répondre aux besoins des groupes exclus, marginalisés et vulnérables dans plus de 190 pays.

Les pays les plus dépendants de l’afflux de fonds dans le classement de la Banque mondiale étaient les Tonga (37,7% du PIB), la Somalie (35,3% du PIB) et le Liban (32,9% du PIB).

L’Inde était le principal destinataire des envois de fonds en 2020.

Image: Homme d’État


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here