Jean-Michel Aulas, quelle défaite sèche représente la reconfirmation pour l’OL, qui prévoit des matchs à huis clos pendant au moins un mois?

Jean-Michel Aulas. : “A la billetterie c’est de l’ordre de vingt millions d’euros. A cela il faut ajouter les séminaires (au stade) qui ont été à nouveau interrompus, les visites du stade et du musée, les relations commerciales avec les magasins que nous fermons. une perte de 30 à 40 millions d’euros qui a malheureusement déjà été induite. C’est énorme ».

Ce confinement vous inquiète-t-il pour les finances de l’OL?

JM.A. : “Je suis heureux que nous ne soyons pas retombés dans l’erreur commise par la Ligue en particulier la saison dernière, suivie de quelques autres, consistant à arrêter les matches professionnels. C’était une erreur très grave. Confinement avec les matches. Qui se déroulent devant la télé, permet de maintenir un lien social … En ces temps de tension, il est essentiel de maintenir un lien avec les personnes qui nous soutiennent ».

La France est actuellement pénalisée par des performances presque nulles

Pensez-vous que le fait que la Ligue 1 continue pendant la reconfirmation vous donne raison rétrospectivement sur la fin définitive des matches enregistrés en avril?

JM.A. : “Plus les jours passent, plus les événements se succèdent. On se rend compte qu’on est dans la même situation que la saison dernière, quand la Ligue avait décidé de tout arrêter, privant le football professionnel français de 300 millions de dollars. Euros de droits de télévision. .. La double peine a été supprimée (NDLR: une qualification pour la Coupe d’Europe) étant exclue au profit d’autres clubs … C’est la France qui est désormais pénalisée par des performances proches de rien. Cela affectera le classement européen (du Football français) “.

READ  Russell Westbrook claque la porte des Rockets, 6 franchises mentionnées!

Vous avez estimé votre perte à 117 millions d’euros et avez l’intention de poursuivre la Ligue devant le tribunal administratif de Paris. Mais ne risquez-vous pas de tourner le dos à d’autres clubs de L1 en réclamant de l’argent pour l’OL qui appartient à tout le monde?

JM.A. : “Dans ce cas, il y a des assurances, car évidemment la Lega est assurée, ce qui nous permet d’être indemnisés. Une fois la sanction prise, il sera temps de voir comment trouver un certain nombre d’accords. … Nous ne diaboliserons pas l’OL. car dans le passé il y a beaucoup de clubs, en plus de Reims, qui ont demandé une compensation ».

“Risque de disparition pour plusieurs clubs français”: L1 face à la crise Mediapro

Espérez-vous qu’un accord puisse être trouvé avec Mediapro?

JM.A. : “Je ne pense pas. Ce n’est peut-être pas l’avis de la Ligue. Nous serons probablement dans une procédure judiciaire ou autre. Sans entrer dans les détails, la Ligue a demandé à la société espagnole qui est la société mère de la société française (Joye Media) de s’embaucher. la garantie des paiements, qui n’a pas été possible pour le moment, et cherche la possibilité que la maison mère chinoise (Orient Hontai Capital) puisse se substituer à la garantie, ce qui n’était même pas le cas. “

Craignez-vous que Mediapro, après avoir refusé de payer les 172 millions d’euros dus en octobre, ne paie pas également la tranche due début décembre?

JM.A. : “Plus qu’inquiété. Nous ne tenons qu’à un fil pour le club et l’économie de la FFF car une partie des droits télévisuels finance le football amateur. Il y a une grande inquiétude, il faudra faire preuve d’imagination et d’efficacité pour sortir de ce bordel” .

Il faut aussi réfléchir à un autre mode de diffusion, mais à la recherche d’une solution à moyen terme

Pensez-vous que nous devrions résilier le contrat et chercher un autre diffuseur?

JM.A. : “Franchement, je n’ai pas les informations pour le dire. Il faut aussi réfléchir à une autre méthode de diffusion, mais chercher une solution à moyen terme. On trouvera des solutions à court terme.”

Avec les droits télévisuels en baisse?

JM.A. : “Ce n’est pas certain. Parce que le paysage a beaucoup changé et que l’on voit clairement l’émergence d’offres à la demande segmentées sans obligation de passer par un certain nombre de distributeurs. Lorsque Mediapro a remporté l’appel d’offres, il avait toujours considéré passer par Canal Satellite pour distribuer ses images. Mais ils n’étaient pas d’accord avec Canal pour la distribution. Peut-être qu’en simplifiant et en contournant Canal, nous aurions fourni une solution pour «l’utilisateur».