Personnage convoqué dans la saga Harry Potter, Norbert Dragonneau s’offre une aventure en solo avec Bêtes fantastiques. Univers envoûtant, bestiaire fantastique, … voici les raisons de s’immerger dans un monde plein de magie et de surprises.

Nouvelle fresque surprenante, Bêtes fantastiques déploie un univers enchanteur qui captivera les téléspectateurs déjà captivés par les productions Harry Potter et en séduira de nouvelles. Un spin-of (film dérivé) sombre, créatif et très efficace, dont l’avant-première avec kilt intégré a eu lieu à Londres. C’est pourquoi vous tomberez amoureux de ce nouveau film, dirigé par Eddie Redmayne.

Le renouveau de l’univers Harry Potter

Bêtes fantastiques, première spin-off très rentable de la franchise Harry Potter, sorti en salles en 2016, cinq ans après qu’Harry, Ron et Hermione aient dit au revoir au grand écran. S’il s’agit encore de magie, l’action se déroule 70 ans avant les aventures du jeune sorcier, dans un tout autre contexte – New York en 1926 au lieu de l’Angleterre contemporaine -, et les nouveaux personnages n’ont rien à voir. avec les héros de la saga originale. Mais quel plaisir de retrouver cet univers envoûtant!

JK Rowling a supervisé le projet

C’est la première fois que le créateur deHarry Potter il préparait un scénario pour le cinéma. L’écrivain s’est vaguement inspiré d’un petit livre qu’elle a publié en 2001: Bêtes fantastiques, publié par Gallimard Jeunesse. Et elle a réussi, grâce à une imagination fervente, à créer un ” univers étendu “De Harry Potter, un” extension du monde magique «Gage de qualité et d’émerveillement pour les aficionados: elle a conservé un contrôle artistique absolu sur son travail, en restant la gardienne de son temple.

READ  Le comédien Yann Epstein, 69 ans, s'est suicidé

Le bestiaire est … fantastique!

C’est l’une des forces de ce spectacle dont le héros, le “magizoologiste” Norbert Dragonneau (Eddie Redmayne), tente de rassembler les créatures fantastiques échappées de son sac en cuir. Parmi ces animaux qui sèment le chaos dans la ville, on découvre le Thunderbird qui déclenche les tempêtes d’un simple battement d’ailes, le Demiguise, un petit singe qui sait se rendre invisible, le Billywig, un gros insecte dont la morsure vous fait léviter et ça donne le vertige, voire le Niffler, une sorte de taupe. Irrésistible!

Une brillante direction artistique

Il faut rendre hommage au travail et à l’inventivité de Miraphora Mina et Eduardo Lima, un duo londonien qui, à travers leur compagnie MinaLima, a créé tous les éléments graphiques des films deHarry Potter. Dans ce long métrage et sa suite, Bêtes fantastiques: les crimes de Grindelwald (2018), les designers ont spécialement conçu tous les accessoires, y compris les typographies, et conceptualisé de nombreux objets. Cela donne à l’écran une grande richesse visuelle. Un vrai sens du spectacle et de l’émerveillement!