La Belgique se concentrera sur la lutte contre le sexisme dans l’espace public, à la fois dans la vie réelle et en ligne dans les mois à venir, a décidé lundi la conférence interministérielle pour les droits des femmes.

La dernière conférence sur les droits des femmes présidée par le secrétaire d’État bruxellois à l’égalité des chances, Nawal Ben Hamou, a eu lieu lundi dernier.

Il a remis le flambeau à la ministre wallonne des droits de la femme, Christie Morreale, et au vice-président du gouvernement communautaire allemand, Antonios Antoniadis, qui présideront conjointement la réunion jusqu’au 18 octobre 2021.

Trois points principaux seront abordés durant cette période, dont la lutte contre le sexisme dans l’espace public réel et virtuel.

Nouvelles connexes:

“Etre arrêté dans la rue, maltraité, insulté, menacé, suivi, … sont autant d’expressions de harcèlement dans le véritable espace public que chaque femme, quel que soit son âge, sa classe sociale, son origine, sa robe ou son maquillage sa vie », ont-ils souligné.

«Il est important de lutter contre la banalisation de tels actes. Les femmes doivent également se sentir soutenues lorsqu’elles sont victimes ».

Les entités fédérales et fédérées de Belgique travailleront également à évaluer la loi sur le sexisme pour s’assurer que la lutte est abordée à tous les niveaux, de la prévention à la répression, selon Morreale.

Le développement d’une lutte coordonnée contre la soi-disant pauvreté menstruelle sera également une priorité, ont souligné les autorités.

«Cette question essentielle nécessite une réponse coordonnée et intégrée entre tous les organes compétents de notre territoire, évaluant les projets pilotes menés dans ce domaine», a déclaré Morreale.

READ  Covid-19: des "mesures plus lourdes" pourraient être discutées

La conférence travaillera également sur l’équilibre entre les sexes dans tous les secteurs professionnels et professions du futur.

«Une attention particulière sera également accordée à la déconstruction des stéréotypes liés aux professions dites typiquement féminines, afin d’attirer plus d’hommes», a déclaré Antoniadis.

La prochaine conférence sur les droits des femmes, à laquelle assisteront également la ministre des pensions et de l’intégration sociale Karine Lalieux et la ministre de l’intérieur Annelies Verlinden, est prévue début juin.

Le Brussels Times