La Belgique est sur le point de reporter sa sortie du nucléaire en 2025

BRUXELLES, 17 mars (Reuters) – La Belgique pourrait prolonger la durée de vie de son secteur nucléaire en reportant la sortie prévue pour 2025 après que l’invasion russe de l’Ukraine a forcé la coalition au pouvoir à repenser.

Le ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten, a présenté mercredi une note aux principaux membres du cabinet, dans laquelle la chaîne de télévision RTBF a déclaré qu’elle faisait référence à un projet de loi à adopter d’ici la fin mars qui prolongeait la durée de vie des deux nouveaux réacteurs jusqu’à 10 ans.

Van der Straeten, un législateur vert, a déclaré jeudi au Parlement que la Belgique devait faire preuve d’ouverture d’esprit tant que l’opérateur Engie pouvait garantir la sécurité, l’abordabilité et la sécurité de l’approvisionnement si la durée de vie des réacteurs était prolongée.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Je peux confirmer que nous avons eu des contacts et des échanges avec Engie sur l’extension de 2 gigawatts », a-t-il déclaré. « Il n’y a pas de mandat pour des négociations avec Engie aujourd’hui. C’est sur la table du gouvernement demain. »

Le ministre devrait présenter vendredi un plan visant à réduire la dépendance de la Belgique aux combustibles fossiles, en particulier la Russie, avec une augmentation des parcs éoliens offshore, davantage de panneaux solaires et une réduction du chauffage au gaz et au mazout d’ici 2026.

L’arrêt du nucléaire belge reposait initialement sur un passage au gaz naturel, y compris une centrale électrique au gaz à construire juste au nord de Bruxelles, bien que l’autorisation soit incertaine.

READ  Où sont les 285 000 vaccins de la Belgique?

Fin 2021, le gouvernement s’est donné jusqu’à la mi-mars pour voir si le permis était accordé et, dans le cas contraire, pour évaluer d’autres options. en savoir plus

Les deux réacteurs dont la durée de vie pourrait être prolongée sont la centrale n° 3 de 1 038 mégawatts à Tihange dans l’est de la Belgique et le réacteur n° 4 de 1 039 MW de la centrale de Doel près d’Anvers. Les réacteurs, entrés en service en 1985, représentent 35 % de la capacité nucléaire du pays.

L’électricien français Engie exploite les deux centrales nucléaires en Belgique.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Philip Blenkinsop, édité par Marine Strauss et Barbara Lewis

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here