La Belgique inculpe quatre personnes dans une enquête sur la corruption au Parlement européen

BRUXELLES, 11 décembre (Reuters) – Un juge belge a accusé dimanche quatre personnes d’avoir reçu de l’argent et des cadeaux d’un État du Golfe pour influencer les décisions du Parlement européen, des allégations qui ont semé la consternation à Bruxelles.

Les procureurs ont perquisitionné 16 maisons et saisi 600 000 euros (631 800 dollars) vendredi à Bruxelles dans le cadre d’une enquête sur le blanchiment d’argent et la corruption.

Six personnes ont d’abord été interpellées. Quatre ont été inculpés et deux ont été libérés, ont indiqué les procureurs dans un communiqué. Ils n’ont nommé aucune des personnes impliquées.

Les procureurs ont déclaré qu’ils soupçonnaient depuis des mois qu’un État du Golfe tentait d’influencer les décisions à Bruxelles. Une source proche du dossier a indiqué l’Etat hôte de la Coupe du monde, le Qatar.

Un responsable qatari a nié les allégations d’inconduite possible.

« Toute association du gouvernement qatari avec les allégations signalées est sans fondement et grossièrement mal informée », a déclaré le responsable, ajoutant que le Qatar travaillait par le biais d’un engagement d’institution à institution et en pleine conformité avec les lois internationales.

Le Parlement européen a déclaré ce week-end qu’il avait suspendu les pouvoirs et fonctions de l’une de ses vice-présidentes, la socialiste grecque Eva Kaili, à la lumière de l’enquête belge.

Le parti socialiste grec PASOK a déclaré dans un communiqué qu’il expulsait Kaili de ses rangs.

Il n’était pas immédiatement clair si elle était accusée dans l’affaire. Son bureau n’a pas retourné les appels téléphoniques ni répondu à une demande de commentaires par courrier électronique.

READ  Mises à jour des navigateurs : Ty France est de retour, Diego Castillo en IL, dernier sur Haniger

Les procureurs ont déclaré avoir également perquisitionné le domicile d’un deuxième législateur européen samedi, sans arrêter personne. Marc Tarabella, membre du Parti socialiste belge, a confirmé qu’il s’agissait de son domicile et qu’un ordinateur et un téléphone portable avaient été saisis.

« La justice fait son travail de collecte de renseignements et d’enquête, ce que je trouve tout à fait normal. Je n’ai absolument rien à cacher et je répondrai à toutes les questions des enquêteurs », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le commissaire européen à l’économie Paolo Gentiloni a déclaré à Rai 3 que l’affaire semble être « très grave ».

« S’il était confirmé que quelqu’un a pris de l’argent pour essayer d’influencer l’opinion au Parlement européen, ce serait en effet l’une des histoires de corruption les plus dramatiques depuis des années », a-t-il ajouté.

Le Parlement européen devrait voter cette semaine sur une proposition visant à étendre l’exemption de visa de l’UE au Koweït, au Qatar, à Oman et à l’Équateur. Certains législateurs ont suggéré que le débat et le vote soient reportés.

(1 $ = 0,9497 euros)

Reportage de Philip Blenkinsop; une couverture supplémentaire par Andrew Mills à Doha, George Georgiopoulos à Athènes, Andreas Rinke à Berlin et Keith Weir ; Edité par Crispian Balmer

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here