La campagne britannique de vaccination ne parvient pas à déclencher les mouvements de «sortie» de l’UE | Voix de l’Amérique

PARIS – S’il y a une longueur d’avance sur la pandémie de coronavirus, le chef du mouvement français naissant Génération Frexit – qui veut que la France suive l’exemple du Royaume-Uni en quittant l’Union européenne – estime que c’était la réponse confuse de “ l’Europe ”.

“Je pense que le lancement de la vaccination est la meilleure publicité pour le Brexit, mais c’est aussi une belle publicité pour Frexit et tous les autres pays qui veulent retrouver leur liberté et leur indépendance”, a déclaré Charles-Henri Gallois, le président du groupe. .

Pour le moment, et malgré les plaintes européennes généralisées sur la lenteur de l’introduction du vaccin dans la région, sans parler des mesures strictes du COVID, il n’y a pas de changement sismique dans cette direction. Les sondages montrent que si de nombreux électeurs européens blâment Bruxelles pour leur manque de succès, la plupart soutiennent toujours l’UE. Même les partis traditionnels de «sortie», comme le rassemblement national d’extrême droite français, ont atténué ou changé leur rhétorique.

Les analystes préviennent cependant que cela pourrait changer.

“L’euroscepticisme dans sa forme la plus difficile n’est plus à la mode”, L’économiste a écrit cette semaine mais a averti qu’il pourrait rapidement revenir rugir.

“Si les citoyens de l’UE étaient encore confinés chez eux pendant que les Américains et les Israéliens frappent la plage”, a-t-il ajouté, “le groupe européen des eurosceptiques pourrait se réveiller”.

D’autres observateurs conviennent que le bras exécutif de l’UE, mandaté par les États membres l’année dernière pour se procurer des vaccins pour le blocus, fait face à une pression croissante pour livrer.

READ  France Marché pétrolier et gazier en forte croissance à la recherche de nouvelles opportunités d'ici 2028 avec Total SA, EP2C Energy, Deloitte, Rigzone, Perenco, CGG (société), Schlumberger, Maurel & Prom - KSU

“De nombreux citoyens regardent ce qui se passe à Bruxelles et disent:” Je veux un vaccin, mais je ne peux pas “, a déclaré le spécialiste français d’extrême droite Jean-Yves Camus. “Il y a un risque qu’une partie de la population se retourne contre l’UE et dise” qu’est-ce qui se passe? “”

DOSSIER – Une femme reçoit une dose de vaccin COVID-19, au Guy’s Hospital, à Londres, en Grande-Bretagne, le 8 décembre 2020.

Bas de l’emballage

Peu de controverses sur l’introduction du vaccin en Europe ont été décevantes. Plus de la moitié des Israéliens et près d’un cinquième des Américains ont subi au moins un accident de coronavirus, selon Our World in Data, contre moins de 7% des Français et des Allemands.

Alors que les campagnes nationales et les retards des fabricants sont également à blâmer pour la lenteur des vaccinations, les sondages suggèrent qu’une partie importante de la colère de l’Europe se dirige néanmoins vers Bruxelles. Un récent sondage du CNC Kekst, par exemple, a révélé qu’entre un quart et la moitié des citoyens français, suédois et allemands ont blâmé l’UE plutôt que leurs propres gouvernements pour les problèmes.

Certains dirigeants européens se joignent à eux et brisent l’unité du bloc dans la course aux approvisionnements supplémentaires. Le chancelier autrichien Sébastien Kurz, dont le gouvernement a récemment accepté un accord de développement de vaccins avec Israël, s’est plaint d’un “bazar” de vaccins, certains pays de l’UE en recevant plus que d’autres.

Plus irritantes, pour certains ici, sont les statistiques de la Grande-Bretagne, un ancien membre de l’UE, qui a porté au moins un coup à plus d’un tiers de ses citoyens. Alors que l’augmentation des cas de COVID-19 rend les hôpitaux parisiens proches de la capacité, par exemple, les hospitalisations en Grande-Bretagne ont chuté.

“De toute évidence, c’est un coup dur pour ceux qui ont longtemps dit que la Grande-Bretagne ferait bien pire en dehors de l’Union européenne”, a déclaré Camino Mortera-Martinez, analyste basé à Bruxelles pour le Centre pour l’institut politique européen de la réforme.

Se référant aux États membres de l’UE, il a ajouté, “ce n’est pas qu’ils essayaient activement de minimiser le succès de la vaccination au Royaume-Uni, mais ils étaient très conscients – en particulier en France et en Allemagne – qu’ils ne faisaient rien qui alimenterait cette idée. Que “Le Brexit est un succès.” “

Pour Gallois de Generation Frexit, c’est exactement la leçon.

“Je pense que la vaccination est l’échec le plus flagrant de l’UE pendant la crise du COVID-19”, a-t-il déclaré.

DOSSIER – Des gens font la queue devant un centre de vaccination COVID-19 à Bruxelles, Belgique, 3 mars 2021.

Erreurs commises

Le bras exécutif de l’UE a reconnu des erreurs dans sa stratégie de vaccination.

“Nous avons tardé à autoriser”, a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

“Nous étions trop optimistes en ce qui concerne la production massive et peut-être trop confiants que ce que nous avons commandé serait réellement livré à temps.”

Il y a aussi un autre aspect de l’histoire des nombres. Plusieurs pays de l’UE, dont la France, sont en avance sur la Grande-Bretagne dans le pourcentage de citoyens entièrement vaccinés avec deux vaccins, et aucun n’a encore égalé le nombre impressionnant de décès de coronavirus en Grande-Bretagne.

Les défenseurs à Bruxelles affirment que les problèmes de négociation des vaccins pour la première fois pour 27 pays étaient compréhensibles.

“Naturalmente, la Germania o la Francia, agendo da sole come ha fatto il Regno Unito, avrebbero potuto garantire vaccini sufficienti per soddisfare le loro esigenze, ma certamente non in condizioni così favorevoli”, ha scritto Jean Quatremer, corrispondente da Bruxelles per la sinistra Français Libération journal dans un article d’opinion dans Le gardien un journal. “Le plus important de tous, c’est que les petits pays auraient été impressionnés.”

Cela n’a pas empêché les critiques sévères des partis populistes, ainsi que des États membres comme la Hongrie qui se sont affrontés avec l’UE sur d’autres questions.

Jordan Bardella, vice-président du Rassemblement national français – principal parti d’opposition du pays – fait valoir que son pays traverse une période de “vaccination à Waterloo”, faisant référence à la défaite historique de Napoléon face aux Britanniques.

“On voit que l’Union européenne a échoué, et surtout la France est le seul membre du Conseil de sécurité de l’ONU à ne pas avoir ses propres vaccins”, a déclaré Bardella à la télévision France 2. “Cela pose un réel problème de souveraineté. Médicale”.

DOSSIER – Les étals d’un nouveau centre de vaccination sont exposés lors d’une tournée médiatique à Wiesbaden, en Allemagne, le 7 décembre 2020.

Pas de Frexit pour l’instant

Pourtant, le Rallye a fait demi-tour en ce qui concerne sa position pro-Frexit autrefois convaincue. La chef du parti Marine Le Pen – considérée comme la principale rivale du président Emmanuel Macron lors des élections de l’année prochaine – ne parle plus de quitter le bloc, mais plutôt de “le réformer en profondeur”.

Dans l’Italie voisine, le leader populiste Matteo Salvini a récemment gardé le silence sur un «Italexit», s’engageant plutôt à soutenir, pour l’instant, le nouveau Premier ministre italien ami de l’UE Mario Draghi. Alors que Draghi a également critiqué la lenteur de la vaccination de Bruxelles, il a récemment travaillé selon ses règles pour bloquer les exportations de doses d’AstraZeneca vers l’Australie.

Aux Pays-Bas, où le couvre-feu contre les coronavirus a déclenché les émeutes, le chef du Parti de la liberté pro-sortie Geert Wilders a qualifié la lenteur du déploiement de la vaccination dans le pays de “scandaleuse”. Pourtant, les sondages montrent que le Premier ministre Mark Rutte mène toujours confortablement les élections du 17 mars. Wilders fait écho aux analystes en concluant que, malgré les plaintes du public, la pandémie a catalysé un moment de «rassemblement autour du drapeau» en soutien au gouvernement pro-UE de Rutte.

“Si nous avions un référendum, je le perdrais”, a déclaré Wilders à l’Agence France-Presse à propos des perspectives d’un “Nexit” néerlandais, “mais je pense toujours que c’est le seul moyen malheureusement.”

Gallois de Generation Frexit a également une vision tournée vers l’avenir. Il prédit que les sentiments des électeurs changeront alors que les citoyens français regarderont le déploiement rapide du vaccin en Grande-Bretagne, qui se traduit par une reprise post-coronavirus tout aussi rapide, bien que les premiers signes indiquent un effondrement du commerce européen qui frappe durement.L’économie britannique.

“Ils verront qu’il est plus efficace, plus flexible d’être en dehors de l’UE”, a déclaré Gallois.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here