Les premières vaccinations contre Covid-19 pourraient débuter en fin d’année en France, a annoncé mercredi 16 décembre le Premier ministre, Jean Castex, qui a présenté la stratégie de vaccination du gouvernement à l’Assemblée nationale.

«Les premières vaccinations pourraient être effectuées en France à partir de la dernière semaine de décembre avant d’augmenter début janvier. (…) Si les conditions sont remplies. “

M. Castex a subordonné le lancement de cette campagne à l’autorisation de mise sur le marché de l’Agence européenne des médicaments, “Prévu le 21 décembre”, et l’avis de la Haute Autorité de santé, qui sera émis “Dans le sillage”.

Article réservé à nos membres Lire aussi Les Vingt-sept suspendus par le verdict de l’Union européenne sur les vaccins Covid-19

UNE “première phase” concernant les personnes à risque “Il sera distribué sur une période de six à huit semaines, pour tenir compte du délai de vingt et un jours entre la première vaccination et le rappel”, a détaillé le Premier ministre.

M. Castex a rappelé que, dans un deuxième temps, il sera vacciné “Près de 14 millions de personnes présentant un facteur de risque lié à l’âge ou une maladie chronique” ressemblent “Certains professionnels de la santé”.

Le reste de la population ne sera ciblé que dans un “Troisième fois”, “À la fin du printemps”. Un léger décalage, alors que le chef du gouvernement avait déclaré, il y a deux semaines, qu’il voulait entamer cette phase “Du printemps”.

Un comité de citoyens

Insistant “confiance” et le “Transparence”, A annoncé M. Castex “Qu’une consultation médicale soit proposée avant l’acte de vaccination et qu’elle soit organisée sous contrôle médical”. “Aucune vaccination n’aura lieu sans consentement éclairé exprès”, a-t-il déclaré.

READ  Expatriés aux USA face à la pandémie! Le Comité français répond à nos questions.
Lisez aussi: Au sujet des vaccins, le «oui, mais» de l’opposition

Le premier ministre a insisté sur ce “Le début de la campagne de vaccination ne marquera pas la fin de l’épidémie”. Les tests d’isolement et les incitations se poursuivront dans les mois à venir. Dans ce contexte, M. Castex a indiqué que la France dispose actuellement d’un “Capacité de dépistage jusqu’à trois millions de tests par semaine”.

“Nous allons encore renforcer les ressources allouées à la traque des cas”, a souligné le chef du gouvernement. Une sélection supplémentaire de 4 000 emplois à plein temps pour Medicare sera lancée. Enfin, conformément à ce qu’il avait promis, M. Castex a précisé “1 500 infirmières libérales et 3 000 travailleurs sociaux” ils seraient mobilisés chaque jour pour visiter les malades qui décideraient de s’isoler.

Par ailleurs, pour tenter de surmonter la forte méfiance des Français à l’égard d’un vaccin développé en un temps record, l’exécutif a décidé, début décembre, mettre en place un comité de citoyens, partenaire “Concevoir notre stratégie vaccinale.”

Notre sélection d’articles sur les vaccins Covid-19

Le monde avec l’AFP