La candidate de droite à l’élection présidentielle française, Marine Le Pen, salue le plan de migration de Boris Johnson vers le Rwanda

Candidat à la présidence française Marine Le Pen Vendredi s’est félicité d’un plan britannique d’envoi de demandeurs d’asile Rwanda– tout en suggérant qu’il y aurait des moyens beaucoup moins chers et « plus efficaces » de traiter avec les candidats.

« Cela pourrait fonctionner », a déclaré Le Pen, tout en discutant du Premier ministre Boris JohnsonLes propositions de BFM sur la chaîne d’information BFM.

Le programme verrait le pays africain du Rwanda, à 4 000 miles du Royaume-Uni, être payé plusieurs millions de dollars pour traiter les réfugiés économiques et les immigrants.

Il intéresse particulièrement la France car il inclurait les milliers de personnes qui traversent le pays pour demander l’asile au Royaume-Uni.

Toute personne atteignant illégalement la Grande-Bretagne, même dans de petits bateaux ou à l’arrière de camions, serait considérée pour être relocalisée au Rwanda.

Alors que Mme Le Pen, une nationaliste d’extrême droite avec un programme radical anti-immigrés, était largement favorable au plan britannique, elle a déclaré « qu’il existe des méthodes plus efficaces ».

Il a estimé qu’il serait préférable que « les demandeurs d’asile soient jugés par les consulats de France, quel que soit leur pays ».

Cela signifierait que les coûts n’incluraient pas les longs vols vers l’Afrique, ni l’hébergement et les autres coûts pendant leur séjour.

On a estimé que le programme rwandais coûterait environ 1,6 milliard de livres sterling par an.

Les organisations de défense des droits de l’homme soulignent également que le Rwanda est surtout connu en Occident pour le génocide ethnique de 1994 qui a entraîné la mort de 800 000 Tutsis.

READ  Date de sortie de la deuxième saison, le casting envoie la vidéo des fans

Amnesty International affirme qu’il existe toujours des inquiétudes concernant « les disparitions forcées, les allégations de torture et l’usage excessif de la force » au Rwanda.

Mme Le Pen, candidate du Rassemblement national, affrontera le chef de l’État sortant Emmanuel Macron lors d’un deuxième tour dimanche pour choisir le nouveau président de la France.

Les sondages d’opinion actuels montrent que Macron bat son grand rival, mais l’écart entre les deux se réduit.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here