La Chine a approuvé trois autres missions sur la Lune au cours de la prochaine décennie

La Chine a approuvé trois autres missions sur la Lune au cours de la prochaine décennie, y compris des missions impliquant des rovers, un véhicule volant et le début d’une base permanente.

Ce sera la quatrième phase du plan lunaire chinois, qui les a déjà vus photographier le côté obscur, renvoyant des échantillons de roches lunaires sur Terre.

Les futures missions, dont le début est prévu en 2024, deviendront de plus en plus complexes, conduisant à la création du modèle de base d’une station de recherche lunaire construite sur la Lune.

Cette station est un projet conjoint avec l’agence spatiale russe Roscosmos et devrait être opérationnelle avant une mission habitée conjointe en 2030.

Le trio de missions sans pilote vers la lune, connu sous le nom de Chang’e 6, 7 et 8, sera lancé tout au long des années 1920 sur un lot de vaisseaux spatiaux, a déclaré Wu Yanhua, vice-président de l’Administration nationale de l’espace de Chine (CNSA).

Cette décision s’inscrit dans le cadre de la ruée croissante de la Chine vers l’exploration spatiale, qui a vu le pays lancer sa propre station spatiale en 2021.

La Chine a approuvé trois autres missions sur la Lune au cours de la prochaine décennie, y compris des missions impliquant des rovers, un véhicule volant et le démarrage d’une base permanente.

Le rover Yutu 2 (photo), arrivé il y a près de trois ans avec le premier vaisseau spatial à atterrir sur la face cachée de la lune, a vu l'objet en traversant le cratère Von Kármán

Le rover Yutu 2 (photo), arrivé il y a près de trois ans avec le premier vaisseau spatial à atterrir sur la face cachée de la lune, a vu l’objet en traversant le cratère Von Kármán

Connue sous le nom de Station internationale de recherche lunaire (ILRS), elle se composera d'une base lunaire en surface et d'une station en orbite lunaire, dont la construction devrait commencer en 2026.

Connue sous le nom de Station internationale de recherche lunaire (ILRS), elle se composera d’une base lunaire en surface et d’une station en orbite lunaire, dont la construction devrait commencer en 2026.

Missions de changement à venir

Chang’e-6 sera la première mission à explorer le pôle sud de la lune. Son lancement est prévu en 2023 ou 2024.

READ  Les mammouths laineux pourraient à nouveau marcher sur Terre d'ici 2027 si la startup CRISPR réussit

Chang’e-7 étudiera la surface, la composition et l’environnement spatial de la Terre dans le cadre d’une mission globale, selon l’Administration spatiale chinoise, tandis que Chang’e-8 se concentrera sur l’analyse technique de la surface.

La Chine travaillerait également à la construction d’une base lunaire à l’aide de la technologie d’impression 3D et à l’envoi d’une future mission habitée à la surface.

Chang’e-8 est susceptible de jeter les bases de cela alors qu’il s’efforce de vérifier la technologie du projet.

La première des missions de la quatrième phase lunaire à être lancée sera Chang’e 7, et devrait être lancée vers 2024, date à laquelle la NASA devrait renvoyer des humains sur la Lune.

La mission chinoise sera polyvalente, comprenant un satellite relais, un atterrisseur, un rover et un petit véhicule de vol, similaire à l’hélicoptère Ingenuity de la NASA utilisé à la surface de Mars.

L’assemblage du module lunaire est conçu pour rechercher des preuves de glace au pôle sud de la lune, qui pourraient fournir de l’eau et du carburant pour une future colonie.

Ils transporteront un certain nombre d’instruments scientifiques, notamment un radar, une caméra, une imagerie minérale, un thermomètre et même un analyseur de particules d’eau.

L’objectif est d’obtenir une image complète de l’environnement lunaire, et il sera lancé sur la plus grande fusée de Chine, la Longue Marche 5.

Chang’e 6 sera lancé à la deuxième place, bien qu’aucune date précise n’ait été fixée pour son départ de la Terre.

Il était initialement prévu pour être une sauvegarde pour la mission Chang’e Sample Return 5, qui a renvoyé des échantillons de roche sur Terre en décembre 2020.

Désormais mission à part entière, il s’appuiera sur le succès de Chang’e 5, en renvoyant des échantillons de roche sur Terre, mais également en transportant des charges utiles scientifiques vers des partenaires internationaux dont la France, l’Italie, la Russie et la Suède.

READ  Images spatiales: le meilleur de 2020

Le match final du trio, Chang’e 8, débutera à la fin de la décennie et est la première mission pour commencer la construction de la Station internationale conjointe de recherche lunaire (ILRS) Russie-Chine.

La mission sans pilote testera une technologie conçue pour prendre les ressources lunaires locales et les utiliser dans des structures imprimées en 3D.

« L’objectif principal de ces trois missions est que la Chine construise un modèle de base d’une station de recherche lunaire en coopération avec la Russie, avec la Chine en tête », a déclaré Wu à CCTV.

« La construction de la station peut jeter des bases solides pour nous permettre de mieux explorer l’environnement et les ressources lunaires, y compris comment utiliser et développer pacifiquement les ressources lunaires. »

Ce sera la quatrième phase du plan lunaire chinois, qu'ils ont vu précédemment représenter le côté obscur, renvoyant des échantillons de roches lunaires sur Terre.

Ce sera la quatrième phase du plan lunaire chinois, qu’ils ont vu précédemment représenter le côté obscur, renvoyant des échantillons de roches lunaires sur Terre.

L'objectif est d'obtenir une image complète de l'environnement lunaire, et il sera lancé sur la plus grande fusée de Chine, la Longue Marche 5

L’objectif est d’obtenir une image complète de l’environnement lunaire, et il sera lancé sur la plus grande fusée de Chine, la Longue Marche 5

À terme, il comprendra une base entièrement automatisée, conçue pour rechercher et explorer la surface lunaire sans intervention humaine.

Cela sera ensuite étendu pour permettre aux astronautes d’avoir des séjours prolongés sur la surface lunaire jusqu’en 2030, selon Wu.

La Chine exploite actuellement l’atterrisseur et le rover Chang’e 4 sur la face cachée de la Lune, et ce depuis 2019.

Elle enquête actuellement sur les rochers qu’elle a repérés à l’horizon et que les passionnés de l’espace chinois ont surnommé une « hutte mystérieuse ».

La Chine avance son projet de devenir une super puissance spatiale avec des missions sur Mars et la Lune

Des responsables de l’agence spatiale chinoise s’efforcent de devenir une superpuissance spatiale aux côtés des États-Unis et de la Russie.

READ  NASA : l'astéroïde « concerné » va percer en orbite terrestre d'ici une semaine

Ils ont déjà envoyé le premier atterrisseur pour explorer la face cachée de la lune – partageant des images d’une partie de notre voisin rarement vu dans le cadre de la mission Chang’e-4.

En novembre 2020, ils ont envoyé la sonde spatiale Chang’e-5 sur la Lune pour collecter et restituer les premiers échantillons de sol lunaire depuis 45 ans.

Cela a été fait en coopération avec l’Agence spatiale européenne, qui a fourni des informations de suivi pour le vaisseau spatial chinois.

Chang’e-6 sera la première mission à explorer le pôle sud de la Lune et devrait être lancée en 2023 ou 2024.

Chang’e-7 étudiera la surface, la composition et l’environnement spatial de la Terre dans le cadre d’une mission globale, selon l’Administration spatiale chinoise, tandis que Chang’e-8 se concentrera sur l’analyse technique de la surface.

La Chine travaillerait également à la construction d’une base lunaire à l’aide de la technologie d’impression 3D et à l’envoi d’une future mission habitée à la surface.

La huitième tâche est susceptible d’en jeter les bases puisqu’elle s’efforce de valider la technologie assignée au projet.

La CNSA construit également une station spatiale en orbite autour de la Terre où des astronautes chinois mèneront des expériences scientifiques, similaires à l’équipage de la Station spatiale internationale.

L’agence a également lancé une mission vers Mars à l’été 2020 et le rover a atterri sur la planète rouge en mai 2021.

On dit également que la Chine travaille sur un projet de construction d’un générateur solaire dans l’espace, qui renverrait de l’énergie sur Terre et deviendrait le plus grand objet artificiel en orbite.

Ils ont également un certain nombre de projets scientifiques spatiaux ambitieux, notamment des satellites pour rechercher des signes d’ondes gravitationnelles et des engins spatiaux d’observation de la Terre pour surveiller le changement climatique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here