La crise énergétique pourrait menacer la reprise économique mondiale, selon l’AIE

Le soleil est vu derrière un vérin de pompe à pétrole brut dans le bassin permien du comté de Loving, Texas, États-Unis, le 22 novembre 2019. REUTERS/Angus Mordant/File Photo

LONDRES, 14 octobre (Reuters) – Une crise énergétique mondiale devrait augmenter la demande de pétrole de 500 000 barils par jour (bpj) et pourrait alimenter l’inflation et ralentir la reprise mondiale après la pandémie de COVID-19, a déclaré l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ). jeudi.

Les prix du pétrole et du gaz naturel ont récemment atteint des sommets pluriannuels, poussant les prix de l’énergie à des niveaux records alors que des pénuries d’énergie généralisées ont frappé l’Asie et l’Europe.

“Les prix record du charbon et du gaz, ainsi que les pannes d’électricité en cours, poussent le secteur de l’énergie et les industries énergivores à se tourner vers le pétrole pour garder les lumières allumées et les opérations bourdonnantes”, a déclaré l’AIE dans son rapport mensuel sur le pétrole.

“La hausse des prix de l’énergie ajoute également des pressions inflationnistes qui, associées à des pannes de courant, pourraient entraîner une diminution de l’activité industrielle et un ralentissement de la reprise économique.”

Évolution des prix de l’énergie

En conséquence, la demande mondiale de pétrole devrait revenir aux niveaux d’avant la pandémie l’année prochaine, a déclaré l’agence basée à Paris.

Il a révisé à la hausse ses prévisions de demande pour cette année de 170 000 b/j, soit un ajout total de 5,5 millions de b/j pour l’année, et de 210 000 b/j en 2022, soit un ajout total de 3,3 millions.

READ  L'Insee ne voit pas de retour aux niveaux d'avant la crise avant mi-2021

L’augmentation de la demande au cours du dernier trimestre a conduit à l’extraction de stocks de produits pétroliers la plus importante en huit ans, tandis que les niveaux de stockage dans les pays de l’OCDE étaient à leur plus bas depuis début 2015.

“Les données provisoires d’août indiquent déjà qu’il existe une demande inhabituellement élevée de fioul, de pétrole brut et de distillats moyens pour les centrales électriques dans un certain nombre de pays, dont la Chine, le Japon et le Pakistan en Asie, l’Allemagne et la France en Europe et le Brésil, “, a déclaré l’AIE.

Nouvelle demande de pétrole pour l’électricité
Demande de pétrole supplémentaire

Pendant ce temps, l’AIE a estimé que le groupe de producteurs OPEP + devrait pomper 700 000 barils par jour en dessous de la demande estimée pour son brut au quatrième trimestre de cette année, ce qui signifie que la demande dépassera l’offre au moins jusqu’à fin 2021.

La capacité inutilisée du groupe devrait rapidement diminuer, a-t-il averti, passant de 9 millions de barils par jour au premier trimestre de cette année à seulement 4 millions de barils par jour au deuxième trimestre 2022.

Appel à l’OPEP + brut sur la production

Cette capacité de production est concentrée dans une petite poignée d’États du Moyen-Orient, a-t-il déclaré, et son déclin souligne la nécessité d’augmenter les investissements pour répondre à la demande future.

“L’augmentation des dépenses consacrées aux transitions énergétiques propres ouvre la voie à suivre, mais cela doit se produire rapidement ou les marchés mondiaux de l’énergie seront confrontés à une route cahoteuse”, indique le rapport.

En publiant ses meilleures perspectives énergétiques annuelles avant une conférence clé sur le climat en Grande-Bretagne le mois prochain, l’AIE a déclaré mercredi que la reprise économique après la pandémie était “non durable” et reposait trop sur les combustibles fossiles.

READ  Heures de Buenos Aires | Macron dit que la France "continuera" à s'opposer à l'accord commercial UE-Mercosur

Les investissements dans les énergies renouvelables doivent tripler d’ici la fin de la décennie si le monde espère lutter efficacement contre le changement climatique, a-t-il déclaré mercredi. en savoir plus

Reportage de Noah Browning ; Montage par David Goodman et Edmund Blair

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here