La CSEM embauche trois professeurs de France

Avec une pénurie d’enseignants affectant les écoles du Québec, la Commission scolaire English-Montréal s’est tournée vers la France pour trouver de nouveaux talents.

En collaboration avec l’Association des directeurs généraux des commissions scolaires anglophones du Québec, la CSEM a entrepris un projet pilote qui a déjà abouti à l’embauche de trois enseignants de français.

« Des neuf commissions scolaires anglophones du Québec, la CSEM était très heureuse d’être l’une des premières à se joindre à cette initiative », a déclaré Ann Watson, directrice des ressources humaines à la CSEM. « Le processus a commencé pour la CSEM à l’automne 2021, afin de concrétiser les plans et notre travail acharné s’est poursuivi pendant les vacances d’été pour que la CSEM réalise sa mission.

Suite aux efforts inlassables du Service des ressources humaines de la CSEM, les trois chargés de cours sont arrivés peu après le début de l’année universitaire 2022-2023.

En janvier, dans le cadre du Mois du français à la CSEM, les trois professeurs se connecteront en direct à leurs cours avec la consule générale de France à Montréal, Sophie Lagoutte.

Les professeurs sont :

Adèle Guilloteau, École primaire Willingdon, NDG, français généraliste – 1re année :

Amoureuse des enfants et les voyant s’épanouir, Adèle a toujours su qu’elle voulait être enseignante. Bien qu’elle enseigne depuis un peu plus d’un an, Adèle a trouvé sa place idéale à Montréal, ayant toujours été passionnée par le système d’éducation canadien et également intéressée à visiter Montréal. S’adaptant lentement à sa nouvelle vie, Adèle espère trouver du temps les fins de semaine pour découvrir tout ce que Montréal et ses environs ont à offrir. Adèle a grandi dans la campagne française et a terminé ses études à Bordeaux.

READ  France - Chiffre d'affaires d'Assystem au quatrième trimestre en baisse de 3,3% à données comparables, division RH en hausse de 8,3% à données comparables

« La Commission scolaire English-Montréal nous a été très accueillante, attentionnée et gentille », a déclaré Adèle. « Les personnes qui travaillent à Willingdon sont également très sympathiques et proposent souvent leur aide. C’est très apprécié lorsque vous arrivez dans un endroit que vous ne connaissez pas.

Diane Leuillot, école primaire d’Édimbourg L’écoleMontréal-Ouest, français généraliste – 2e année :

Diane a grandi dans une famille d’éducateurs, faisant de l’enseignement une profession naturelle pour elle. Avec son intérêt pour le travail avec les enfants dès son plus jeune âge, le voyage de Diane à l’école primaire d’Edimbourg a commencé il y a cinq ans. Il est très enthousiaste à l’idée de découvrir de nouvelles méthodes d’enseignement à Montréal, notant qu’il a déjà vu de subtiles différences dans la pédagogie et, bien sûr, chez les élèves. Diane est originaire de Calais et a effectué sa formation à Lille.

« Travailler avec des étudiants anglophones rend mon expérience encore plus agréable », a déclaré Diane. « Quant à la vie quotidienne ici, je l’aime beaucoup, je me sens bien dans cette ville. Les gens sont très gentils, amicaux et serviables. Les paysages sont vraiment magnifiques. Jusqu’à présent, j’apprécie beaucoup mon séjour.”

Julie Caplier, Merton Elementary, Côte Saint-Luc French Generalist – Grade 5 :

Julie enseigne depuis deux ans et a toujours admiré le rôle important que jouent les enseignants dans la vie des élèves. Pendant son séjour à Montréal, elle souhaite profiter de cette opportunité pour grandir personnellement et professionnellement, ainsi que pour s’assurer que ses étudiants puissent apprendre le plus possible d’eux. Julie est originaire de la région Hauts-de-France.

READ  Luis Enrique pointe les problèmes de la Ligue des Nations de France alors que le débat sur la Coupe du monde s'intensifie

« La CSEM nous accueille depuis nos premiers jours ici. Je me sens écoutée et soutenue, notamment par notre conseillère pédagogique Marie-Claude, qui est toujours là pour nous », a déclaré Julie. « Je veux donner aux enfants autant de plaisir à apprendre que j’en ai à l’école. Soif de découverte et d’aventure, j’ai tenté ma chance et passé plusieurs entrevues virtuelles pour enseigner au Québec et me voilà en train de vivre une expérience incroyable. C’est en sortant de sa zone de confort qu’on apprend.

À propos de la Commission scolaire anglophone de Montréal

Avec une population de plus de 35 000 élèves dans le secteur des jeunes et des adultes, la Commission scolaire English-Montréal (CSEM) est la plus grande commission scolaire publique anglophone au Québec. Établi le 1er juillet 1998, lorsque la province a créé de nouveaux organismes d’orientation linguistique, le réseau de la CSEM est composé de 77 écoles et centres. Pour plus de détails, visitez le site Web de la CSEM à www.emsb.qc.ca.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here