La FAO et la Belgique collaborent pour améliorer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance aux Tonga suite à l’éruption volcanique dévastatrice et au tsunami qui a suivi – Tonga

Le 15 janvier 2022, le volcan sous-marin Hunga Tonga – Hunga Ha’apai aux Tonga a explosé dans une explosion qui a été ressentie jusqu’en Nouvelle-Zélande et en Alaska. Classée comme probablement la plus grande éruption volcanique des 30 dernières années, elle a généré un gros nuage de cendres et un tsunami. En conséquence, quatre personnes sont mortes, 293 maisons ont été endommagées, 2 400 personnes ont été déplacées et environ 12 000 familles (60 000 personnes) sont confrontées à l’insécurité alimentaire.

L’éruption et le tsunami qui a suivi ont causé des dommages importants aux cultures, à l’élevage, à la foresterie, à la pêche et à l’aquaculture, ce qui a eu un impact négatif sur les secteurs de l’agriculture et de la pêche. La couverture des chutes de cendres sur les Tonga était étendue et la profondeur de la couche de cendres est encore inconnue. Les cendres peuvent avoir des effets toxicologiques et toxiques sur les plantes, le bétail et les poissons, ainsi que sur la santé humaine liés à la consommation d’aliments provenant des zones touchées. Cela a non seulement un impact immédiat sur les systèmes de production agricole, mais devrait avoir des impacts à long terme.

La sécurité alimentaire était déjà menacée avant les catastrophes, puisque 23 % des Tongans étaient confrontés à une insécurité alimentaire modérée ou grave. De plus, 86 % de la population totale (environ 102 000 personnes) dépendent de l’agriculture ou de la pêche pour leur subsistance et 77 % résident dans des communautés rurales ou éloignées qui dépendent principalement de l’agriculture et de la pêche de subsistance. Une personne sur cinq aux Tonga vit en dessous du seuil de pauvreté national, et la pauvreté rurale est concentrée parmi les petits exploitants agricoles et les petits pêcheurs qui subsistent et produisent des cultures lucratives. De plus, 86 % des Tongiens consomment 25 à 35 kg de poisson par personne et par an, avec des taux de consommation plus élevés sur les îles périphériques, ce qui rend vital la restauration de la production de poisson.

READ  Nouvelles quotidiennes albanaises

La pandémie mondiale continue d’exacerber les conditions de catastrophe actuelles. Avant l’éruption volcanique, les Tonga n’avaient pas de propagation du COVID-19 dans la communauté. Malgré tous les efforts du gouvernement, le COVID-19 affecte maintenant la santé communautaire et, par conséquent, la réponse aux catastrophes. Le pays est maintenant aux prises avec des mesures pour protéger la santé de sa population, en contenant la propagation rapide du COVID-19, tout en soutenant ceux qui ont été déplacés ou ont perdu l’accès à des aliments sûrs et nutritifs.

Par l’intermédiaire de SFERA, le gouvernement belge a versé 400 000 USD à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture afin d’améliorer la sécurité, la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance durables basés sur l’agriculture des communautés touchées par l’éruption et le tsunami. Grâce au soutien généreux et opportun de la Belgique, la FAO atteindra 1 752 familles (8 760 personnes) dans les zones rurales et les communautés de pêcheurs pour les aider à retrouver leurs moyens de subsistance agricoles et de pêche. Des intrants agricoles seront fournis, notamment des semences, des outils et des aliments pour le bétail. En outre, les terres endommagées par le tsunami et les chutes de cendres seront réhabilitées et préparées pour la plantation, tandis que les pépinières locales seront également réhabilitées. Un soutien sera également fourni pour réparer les bateaux de pêche à petite échelle et fournir des engins de pêche pour restaurer les moyens de subsistance des pêcheurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here