La France déposera une offre formelle d’achat d’EDF d’ici la fin du mois

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

PARIS, le 16 septembre (Reuters) – Le gouvernement français devrait maintenant commencer à acquérir EDF (EDF.PA) d’ici la fin septembre, après un léger retard en raison de la complexité de la compensation du prix de l’offre, selon trois sources.

Le ministère français des Finances a déclaré en juillet qu’il avait l’intention de soumettre son offre pour nationaliser le groupe énergétique en difficulté au début du mois, mais n’a pas encore soumis d’offre formelle.

Des sources proches du procès ont déclaré à Reuters qu’une offre formelle devrait être soumise à l’AMF, l’autorité française de régulation des marchés financiers, d’ici la fin du mois et peut-être plus tôt.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

EDF, qui fait l’objet d’une revue de gouvernance, a publié jeudi son cinquième avis de résultat de l’année et s’attend désormais à ce qu’une baisse de la production réduise ses bénéfices de base d’ici 2022 de 29 milliards d’euros (29 milliards de dollars).

Une source au ministère des Finances s’est refusée à donner un délai, mais a indiqué que les travaux étaient en cours et que l’objectif était de soumettre l’offre à EDF le plus tôt possible.

Il y a beaucoup de pièces mobiles, mais le plan est sur la bonne voie et le gouvernement veut lancer l’offre en septembre, a ajouté une personne familière avec le processus.

Un environnement réglementaire en évolution rapide, un nombre sans précédent d’arrêts de réacteurs couplé au fait qu’il existe peu d’entreprises avec lesquelles EDF peut être comparé pour l’évaluation, sont quelques-unes des complexités qui ralentissent la rédaction de l’offre, selon des sources.

READ  Paysage de saison moderne Relief de Belgique

EDF est en train de revoir son leadership puisque le PDG Jean-Bernard Levy, qui dirigeait l’entreprise depuis 2014, démissionne et une nouvelle nomination est jugée imminente.

Pendant ce temps, un certain nombre d’actionnaires d’EDF réclament un prix d’offre plus élevé, arguant qu’il est injuste de leur demander de payer la note d’une décision gouvernementale visant à protéger les consommateurs de la flambée des prix de l’énergie, une politique pour laquelle EDF a légalement réclamé 8,3 milliards d’euros en indemnisation par l’Etat.

Le litige a ajouté un nouveau niveau de complexité pour les avocats et les banquiers travaillant sur le règlement.

Les efforts déployés par les actionnaires minoritaires activistes pour obtenir un prix d’offre plus élevé ont jusqu’à présent eu peu d’impact sur le cours de l’action.

Le cours de l’action EDF n’a dépassé que brièvement les 12 euros offerts en juillet par le gouvernement français, qui contrôle déjà 84 % du capital de l’entreprise criblée de dettes.

A 13h55 GMT, l’action EDF s’échangeait à 11,89 €, ce qui laisse penser que les fonds d’arbitrage de fusion s’attendent à ce que l’offre passe à 12 € par action.

Mercredi, la Première ministre Elisabeth Borne a annoncé que la hausse des prix de l’électricité pour les ménages français serait plafonnée à 15 % l’an prochain afin de faire face à la hausse des factures énergétiques suite à l’invasion russe de l’Ukraine et à la montée rapide de l’inflation.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Recommandations de Julien Ponthus, Pamela Barbaglia et Leigh Thomas ; Montage par Mathieu Rosemain, Alexander Smith et Louise Heavens

READ  Le patron de Manchester City, Guardiola, ne sait pas comment arrêter la redoutable attaque du PSG

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here