• Le ministre français de la Défense affirme que le pays a des zones économiques exclusives dans l’Indo-Pacifique qu’il entend protéger.
  • La patrouille de sous-marins et de navires-mères est la preuve que la marine française peut se ranger du côté des alliés pendant de longues périodes loin de chez elle, a déclaré Florence Parly.
  • Visitez la section Affaires d’Insider pour plus d’histoires.

Un sous-marin français a fait une patrouille à travers le Mer de Chine méridionale dans le cadre des efforts de France pour contester les revendications radicales de Pékin dans les eaux contestées.

La ministre française de la Défense, Florence Parly, a tweeté lundi que le sous-marin nucléaire français Émeraude et le navire de soutien naval Seine ont traversé des eaux controversées pour “affirmer que le droit international est la seule règle valable, quelle que soit la mer dans laquelle nous naviguons”.

“Cette patrouille extraordinaire vient d’achever son passage en mer de Chine méridionale”, écrit-il. “C’est une preuve claire de la capacité de notre marine française à se déployer loin et longtemps, aux côtés de nos partenaires stratégiques australiens, américains et japonais.”

Parly a ajouté que la France avait des zones économiques exclusives dans la région indo-pacifique et avait l’intention de le faire protéger sa souveraineté et ses intérêts Là.

Sous-marin français sur la mer de Chine méridionale

Le sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire français Émeraude et le navire de soutien naval Seine ont traversé la mer de Chine méridionale, selon un tweet du ministre français de la Défense.


Florence Parly / Twitter



La France a mené plusieurs opérations de libre navigation dans la mer de Chine méridionale riche en énergie dans le passé, rejoignant des pays comme la Grande-Bretagne et les États-Unis pour repousser la domination croissante de la Chine et la militarisation de la région. Pékin a des revendications territoriales qui se chevauchent dans les eaux avec plusieurs voisins, dont les Philippines, le Vietnam et la Malaisie.

En septembre de l’année dernière, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont publié une déclaration commune aux Nations Unies en faveur de Décision du tribunal international de 2016 contre la plupart des revendications de Pékin dans la mer de Chine méridionale. Les trois pays ont déclaré que les revendications de Pékin sur les “droits historiques” dans les eaux n’étaient pas conformes au droit international.

Parly a dit à al Dialogue Shangri-La en juin 2019, que Paris continuerait de naviguer sur la mer de Chine méridionale plus de deux fois par an et a exhorté d’autres pays partageant les mêmes idées à suivre afin de garder l’accès aux eaux ouvert.

Pékin a longtemps protesté contre la présence de navires de guerre étrangers près de la mer de Chine méridionale et a affirmé que la France reconnaissait la souveraineté de la Chine dans les eaux, y compris les îles Spratly. Les îles, que la Chine appelle les îles Nansha, étaient autrefois occupées par la France.

Le ministère chinois des Affaires étrangères et le ministère de la Défense n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires sur la dernière opération française.

Vendredi dernier, les États-Unis ont navigué avec le destroyer lance-missiles USS John S. McCain près des îles Paracel dans la mer de Chine méridionale après avoir traversé le détroit de Taiwan. La marine américaine a déclaré l’opération, la première sous le président américain Joe Biden, faisait partie des efforts visant à contester “des revendications maritimes excessives dans le monde, quelle que soit l’identité du requérant”.

Le commandement du théâtre sud de l’Armée populaire de libération du peuple chinois a déclaré qu’il avait retiré le navire de guerre américain des îles contestées avec un avertissement et a décrit cette décision comme “la tactique de manipulation mixte” habituelle des États-Unis combinée à l’hégémonie de la navigation et à l’opinion publique trompeuse “.

READ  Une cyberattaque en cours aux États-Unis pose un `` risque sérieux ''