La France et le Luxembourg demandent au Liban des informations sur les finances du patron de la banque centrale – sources

BEYROUTH, le 5 février (Reuters) – Le Liban a reçu des lettres des autorités françaises et luxembourgeoises demandant des informations sur les comptes bancaires et les activités du chef de la banque centrale libanaise Riad Salameh, ont déclaré à Reuters deux sources judiciaires libanaises.

Les sources n’ont pas précisé.

Un porte-parole de la justice luxembourgeoise a confirmé à Reuters en novembre qu’elle avait ouvert « une affaire pénale » concernant Salameh et ses sociétés et actifs, refusant à l’époque de fournir de plus amples informations.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

La France, la Suisse, le Liechtenstein et le Liban sondent également la richesse personnelle de Salameh. Salameh a nié à plusieurs reprises tout acte répréhensible au cours de ses près de trois décennies à la tête de la banque centrale libanaise.

Un porte-parole de la justice luxembourgeoise et le ministre libanais de la justice n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires vendredi.

L’ambassade de France au Liban a indiqué samedi qu’elle ne pouvait pas commenter « les affaires judiciaires en cours ».

Lorsqu’on lui a demandé de commenter, Salameh a déclaré à Reuters que la demande de coopération luxembourgeoise était une « procédure normale » et non un « procès ».

« S’ils ont intenté une action en justice, ils n’ont pas besoin d’aide pour enquêter », a-t-il déclaré.

Salameh a nié avoir été accusé par les autorités luxembourgeoises et a noté que la Suisse et la France avaient précédemment demandé une coopération similaire au Liban.

Le rôle de Salameh dans les banques centrales a été étroitement surveillé depuis le krach économique du Liban en 2019, qui a vu la valeur du krach monétaire et des pans de la population poussés dans la pauvreté.

READ  officiellement accusé de fraude, Boeing paiera 2,5 milliards de dollars

Le bureau du procureur général suisse a déclaré l’an dernier avoir demandé l’assistance juridique du Liban dans le cadre d’une enquête pour « blanchiment d’argent aggravé » et possible détournement de plus de 300 millions de dollars sous Salameh à la banque centrale. .

L’enquête suisse se concentre sur les commissions versées à une société détenue par le frère de Salameh, Raja, de 2002 à 2015. Salameh a déclaré que les commissions étaient payées par des soi-disant « tiers », et non par la banque centrale.

Reuters n’a pas pu contacter Raja Salameh pour un commentaire. Il a auparavant nié tout acte répréhensible.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Laila Bassam et Timour Azhari à Beyrouth ; Écrit par Timour Azhari; Montage par Jane Wardell, Matthew Lewis et Alex Richardson

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here