L’épidémie de Kovid pèse lourdement sur la démographie française. En témoigne le recensement de la population réalisé par l’Insee, présenté mardi. L’augmentation du nombre de décès a été la plus importante l’année dernière depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2020, 667 400 Français sont décédés, soit plus de 54 000 en 2019. Cela a été enregistré par la plupart des gens de leur vivant.

Mécaniquement, cette augmentation des décès a également un impact sérieux sur l’espérance de vie des Français. Le taux de natalité des hommes est passé de six mois à 79,2 ans, revenant aux niveaux de 2014. Pour les femmes, l’espérance de vie est d’un peu moins de cinq mois. À l’âge de 85,2 ans. Encore une fois, cette baisse de l’espérance de vie est la plus forte depuis 1960. La baisse est le double par rapport à 2015, dernière année de l’automne où la pandémie de grippe hivernale était particulièrement difficile.

“Croissance inégalée”

Je dois dire aussi “La génération du baby-boom vieillit et atteint maintenant un âge où nous ne mourrons plus jamais”, Rappelle Sylvie Lee Minez de la démographie à l’INSEE. Ainsi, au 1er janvier 2021, une personne sur cinq en France a 65 ans ou plus. Et le nombre de décès a augmenté ces dernières années. Près de 100 000 personnes de plus sont décédées en 2019 qu’en 2004. Cependant, l’Insee reconnaît, “La croissance au-delà de 2020 est au-delà de toute mesure”.

Trois fois l’année dernière, le nombre de décès quotidiens en France a dépassé les 2000. Ce fut le cas en mars, avril et novembre, lorsque les infections à Kovid-19 étaient les plus élevées. Les zones les plus touchées par l’épidémie ont été l’Ile-de-France, qui a connu une augmentation de 18% du nombre de décès, suivie par les décès en Auvergne-Rhône-Alpes où il y a eu une augmentation de 14%. suivi des Grands Domaines, Bégarogne-French -Comme et Hauts-de-France. Dans cinq départements, la croissance a dépassé 20%. Ce fut le cas de la Seine-Saint-Denis, de la Haute-Savoie, de la Seine et de la Marne, du Haut Rhin, de la Savoie et de l’Esonne.

Augmentation du taux de mortalité chez les personnes de plus de 65 ans

Il y a également des preuves que les Kovidés sont largement responsables de cette vague de décès, en 2020, l’augmentation de la mortalité n’est liée qu’aux personnes âgées de 65 ans et plus. Aucune augmentation significative des décès n’a été signalée dans les autres groupes d’âge. Pour les personnes âgées de 25 à 79 ans, les décès ont diminué de 1% l’an dernier par rapport à 2019, et pour les moins de 25 ans, ils ont également diminué de 4%. Le développement de deux prisons et des télécommunications a entraîné des problèmes de mobilité et donc des accidents de la route.

Malgré ces chiffres impressionnants, la France n’est pas le pays européen qui a le plus souffert de l’épidémie. «Les taux de mortalité toutes causes les plus élevés sont plus élevés en Espagne (70%), en Italie (47%) lors de la première vague d’épidémies en mars et avril 2020 par rapport à 2016-2019. Au Royaume-Uni et en Belgique (43%) de la France. Respect (28%) “, Notez l’Insee.

De même, lors de la deuxième vague, les décès extrêmes du début octobre à la troisième semaine de novembre sont plus élevés en Belgique et en Espagne qu’en France. Ce n’est guère de consolation, mais les pays très peuplés du Royaume-Uni et de l’Italie ont enregistré plus de décès de Kovid que la France.

READ  La plateforme américaine Pluto TV sera lancée en France