La fumée des incendies de forêt en Sibérie atteint le pôle nord dans le premier historique | Russie

Fumée de colère feux de forêt en Sibérie il a atteint le pôle Nord pour la première fois de l’histoire, averti par un institut de surveillance russe que les incendies s’aggravaient.

Ces dernières années, des incendies de forêt dévastateurs ont ravagé la Sibérie avec une régularité croissante, que les responsables météorologiques et les écologistes russes ont liés au changement climatique et à un service forestier sous-financé.

Les experts climatiques de l’ONU ont publié lundi un rapport montrant sans équivoque ce qu’est le réchauffement climatique ça se déroule plus vite qu’on ne le craignait et l’humanité est presque entièrement à blâmer.

L’une des régions les plus durement touchées de la Sibérie cette année a été la Yakoutie – la région la plus grande et la plus froide de Russie qui se trouve au sommet du pergélisol – qui a connu des températures et une sécheresse record.

L’institut russe de surveillance météorologique Rosgidromet a déclaré lundi que la situation dans la région, également connue sous le nom de Sakha, « continue de s’aggraver ». Selon Rosgidromet, près de 3,4 millions d’hectares (8,4 millions d’acres) brûlent dans la région, y compris des zones reculées et difficiles d’accès.

Une image publiée par la NASA montre la fumée de centaines de feux de brousse qui ont couvert une grande partie de la Russie le 6 août. Photographie : NASA Earth Observatory / AFP / Getty Images

Samedi, l’agence spatiale américaine NASA a déclaré que ses images satellites montraient que la fumée d’un incendie avait parcouru « plus de 3 000 km (1 800 miles) depuis la Yakoutie pour atteindre le pôle Nord », le qualifiant de « le premier de l’histoire enregistrée ». Il a ajouté que le 6 août, la majeure partie de la Russie était couverte de fumée.

Les écologistes accusent les autorités de laisser brûler chaque année de vastes superficies en vertu d’une loi qui leur permet de ne pas intervenir si le coût de la lutte contre les incendies est supérieur aux dégâts causés ou s’il n’affecte pas les zones habitées.

Selon l’Agence russe des forêts, les incendies de cette année ont dévasté plus de 14 millions d’hectares, ce qui en fait la deuxième pire saison des incendies depuis le début du siècle.

Le responsable du programme forestier de Greenpeace Russie, Alexei Yaroshenko, a lié la superficie croissante des incendies en Russie aux effets du changement climatique et au « déclin continu de la gestion forestière de l’État ».

READ  L'Iran et les États-Unis s'accordent sur le retour à l'accord nucléaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here