La Grande-Bretagne souligne la nécessité d’un « changement significatif » dans le protocole d’Irlande du Nord

Une affiche « No Hard Border » est visible sous un panneau routier du côté irlandais de la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord près de Bridgend, en Irlande, le 16 octobre 2019. REUTERS/Phil Noble/File Photo

  • Le Britannique Frost prononcera un discours à Lisbonne mardi
  • L’UE devrait présenter des mesures mercredi
  • La Grande-Bretagne veut que le protocole soit libéré de la surveillance de la Cour européenne
  • L’Irlande dit que la Grande-Bretagne a créé un nouvel obstacle au progrès

LONDRES, 9 octobre (Reuters) – La Grande-Bretagne dira à nouveau à l’Union européenne la semaine prochaine qu’un « changement significatif » du protocole d’Irlande du Nord est vital pour le rétablissement de vraies bonnes relations entre Londres et Bruxelles.

Le protocole faisait partie de l’accord de divorce sur le Brexit que le Premier ministre Boris Johnson a négocié avec l’UE, mais Londres a déclaré qu’il devait être réécrit moins d’un an après son entrée en vigueur en raison des obstacles auxquels les entreprises sont confrontées lors de l’importation de produits britanniques dans la province.

Le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, qui supervise les relations post-Brexit avec la Grande-Bretagne, a déclaré jeudi que l’exécutif européen finaliserait la semaine prochaine des mesures visant à résoudre les problèmes commerciaux post-Brexit en Irlande du Nord d’ici la fin de l’année ou le début de 2022. lire la suite

Mais Sefcovic a réitéré qu’il ne renégocierait pas le protocole et que des solutions devraient être trouvées en termes d’accord conçu pour maintenir ouverte la frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande, membre de l’UE.

READ  Au moins 200 villageois tués par des bandits dans le nord-ouest du Nigeria | Nigeria

Les mesures de la Commission européenne devraient être présentées mercredi.

Le ministre britannique du Brexit, David Frost, prononcera mardi un discours devant la communauté diplomatique dans la capitale portugaise, Lisbonne.

Il devrait dire qu’une négociation sans fin n’est pas une option et que Londres devra agir en utilisant le mécanisme de sauvegarde de l’article 16 si des solutions ne peuvent être convenues rapidement, selon des extraits de son discours publiés samedi par son bureau.

L’article 16 permet aux deux parties de prendre des mesures unilatérales si le protocole est réputé avoir un impact négatif.

« Personne ne doit douter de la gravité de la situation (…) L’UE doit désormais faire preuve d’ambition et de volonté d’aborder de front les questions fondamentales au cœur du protocole », peut-on lire dans la transcription du discours.

« Les relations entre le Royaume-Uni et l’UE sont sous pression, mais ce n’est pas nécessaire. En mettant le protocole sur une base durable, nous avons la possibilité de surmonter les difficultés de l’année dernière. »

Frost devrait également signaler une volonté de libérer le protocole de la tutelle des juges européens.

« Le rôle de la Cour européenne de justice (CJUE) en Irlande du Nord et l’incapacité du gouvernement britannique à mettre en œuvre de manière sensée les dispositions très sensibles du protocole ont créé un profond déséquilibre dans le fonctionnement du protocole », a-t-il déclaré. .

« Sans de nouveaux accords dans ce domaine, le Protocole n’aura jamais le soutien dont il a besoin pour survivre. »

Réagissant à la publication de la position de Frost sur la Cour européenne de justice, le ministre irlandais des Affaires étrangères Simon Coveney a déclaré que le gouvernement britannique avait créé une nouvelle « ligne rouge » barrière au progrès qu’il sait que l’UE ne peut pas avancer.

READ  Benigno Aquino III, ancien président philippin qui a résisté à la Chine, décède à 61 ans

« Real Q : UKG veut-il vraiment une voie convenue pour aller de l’avant ou une nouvelle rupture des relations ? » Coveney a déclaré sur Twitter.

Reportage de James Davey à Londres; reportage supplémentaire de Padraic Halpin à Dublin Montage par Helen Popper et Paul Simao

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here