La justice ordonne à la Belgique de loger 148 demandeurs d’asile sans abri

La Cour européenne des droits de l’homme a rendu une injonction contre les autorités belges leur ordonnant de fournir un hébergement immédiat à 148 demandeurs d’asile.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) à Strasbourg a ordonné mardi 15 novembre à l’agence belge pour l’asile Fedasil de fournir un hébergement à 148 demandeurs d’asile qui se sont retrouvés sans abri car les centres d’accueil du pays sont pleins.

Les hommes, de nationalités diverses, s’étaient adressés à la justice bruxelloise, estimant qu’ils risquaient « une atteinte grave et irréversible à la dignité humaine ». Ce tribunal a notifié à Fedasil l’ordre d’héberger les hommes dans un centre d’accueil, un hôtel ou tout autre établissement approprié. Aucune mesure n’ayant été prise, les hommes ont demandé à la Cour européenne des droits de l’homme d’intervenir.

Le mois dernier, la Cour européenne des droits de l’homme a appliqué une mesure dite provisoire dans une affaire similaire déposée par un demandeur d’asile guinéen, Abdoulaye Camara. Il était arrivé en Belgique à la mi-juillet et avait demandé l’asile, mais n’avait pas obtenu de place dans une structure d’accueil et avait été contraint de vivre dans la rue.

S’adressant à la CEDH pour obtenir une injonction, Camara a cité le froid, la faim et la mauvaise santé. Il a évoqué l’épidémie de gale parmi les demandeurs d’asile contraints de dormir dans la rue, qui s’aggrave en raison d’une mauvaise hygiène. Elle a demandé au tribunal de défendre son droit à un traitement humain, à un procès équitable et à la vie privée.

Pénurie de logements

La Belgique fait partie des nombreux pays européens qui luttent pour fournir un logement adéquat aux réfugiés. Le réseau d’accueil géré par Fedasil comptait plus de 31.000 places d’accueil dans près de 90 centres à travers la Belgique. En août, l’un le nouveau centre a été installé dans une ancienne caserne militaire de la ville de Berlaarqui vise à accueillir 750 demandeurs d’asile, majoritairement des hommes célibataires.

READ  Paysage de saison moderne Relief de Belgique

En raison du manque de places, la priorité a été donnée aux familles, aux mineurs non accompagnés et aux autres personnes vulnérables, laissant un grand nombre d’hommes seuls camper dans les rues de la ville.

Les militants des droits des migrants ont blâmé les autorités belges pour la crise. Un tribunal belge a également jugé en juin que les autorités de l’État étaient violer systématiquement le droit à l’accueil des demandeurs d’asile.

Avec KNA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here